Rêves de Mars

Chapitre débuté par Shiva

Chapitre concerne : Shiva,

Ce texte vaut 3 bières !

Alentour de Kourou, Guyane Française. 9 ans.
 


L'homme dépose sa veste au porte-manteau dans l'entrée.
Et déjà les bruits de pas résonne dans l'escalier. Une petite silhouette déboule à toute vitesse, sautant les marches deux par deux, comme une vraie casse-cou. Un dernier choc sur le parquet du vestibule, et la voila percutant l'homme dans un bruit sourd. Ses deux bras de crevettes prodiguant un chaleureux accueil.


- SHIVA! COMBIEN DE FOIS FAUDRA TE DIRE DE NE PAS COURIR DANS LES ESCALIERS!

C'est la voix de maman, qui sermonne depuis la cuisine.

- C'EST BON CHÉRIE! répond papa, C'EST DE MA FAUTE!

- ELLE VA FINIR PAR SE ROMPRE LE COU! ARRETE DE L'ENCOURAGER!

Papa ne répond pas, et se contente de frictionner amoureusement la chevelure de sa progéniture haute comme trois-pomme.

- Tu as entendu princesse? Faut écouter maman.

- C'est ce soir Papa! C'est ce soir!
répond la petite chose au regard espiègle.

- Haha! Oui, oui je sais, comme promis je suis rentré plus tôt pour ne pas rater ça.

Maman gronde encore, cette fois depuis le salon. Elle appelle papa.

- Allé, monte ta chambre ma puce. Je dois discuter un peu avec maman, puis je te rejoins. Prépare le matériel, tu sais où il faut chercher, hein?

La fillette s'écarte et d'un salut militaire peu maitrisé mais assuré confirme connaitre son objectif. Elle effectue un demi-tour tout enfantin, et repart dans l'escalier comme elle est venue : en courant.

- SHIVA!

Maman, tout en secouant la tête de dépit, apparait sur le seuil de la grande double-porte du salon.

- Cette gamine va me rendre folle.

- C'est le périgée entre la Terre et Mars ce soir, en prime c'est la nouvelle lune, et les conditions météos sont parfaites.

- Ouais ouais je suis au courant... t'inquiète pas qu'elle me le rabache depuis le début de la semaine. Bon sinon, ca s'est bien passé pour toi?


Papa profite du moment pour poser un baiser protocolaire sur les lèvres de maman.

- Excellent, mais je suis content de pouvoir souffler un peu. Surtout que ca risque d'être encore plus intense dans les semaines à venir. Le projet entre dans sa phase finale.

- Trés bien, trés bien. Je pense qu'on sera contente toute les deux quand tout ça sera fini.
Passe à table, je vais te faire réchauffer les restes.

- Merci, mais ça ira, j'ai mangé à la base avant de venir.

- Ok. Faudra qu'on parle de Shiva quand elle sera couchée.

- Ah?

- Ouais... quelques soucis à l'école, j'hésite à l'emmener voir un médecin...


Papa pose une main sur l'épaule de maman. Il accompagne son geste d'un sourire apaisant.

- On en parlera plus tard, oui, répond t-il un peu renfrogné. Bon, allé, je passe sous la douche et je vais la border.

...

Une demi-heure plus tard, papa, une bière à la main, ayant remplacé la chemise du travail par un bon vieux t-shirt (sérigraphié du sigle du CNES) rejoint le petit monstre dans son antre. L'endroit, situé sous comble, est une ode à l'espace lointain, et moins lointain aussi. Le plafond en voute stellaire, auquel sont suspendus des planêtes en plastique ou papier maché, ainsi que des navettes à la taille disproportionnées. On y trouve même un bon vieux lit-fusée du plus bel effet, bien que commencant à se faire petit. Au fond de la chambre, une porte-fenêtre est ouverte sur un petit balcon en bois. Notre aventurière du cosmos en culotte courte s'y affaire déjà depuis un bon moment. Armée d'un télescope à option RA, elle scrute un ciel nocturne en sucrière, illuminé d'innombrables astres. C'est effectivement une belle nuit pour se livrer à l'observation.


- On en est où Princesse?

- Papa! Allé viens! Viens! Regarde! dit-elle en pialliant comme un oisillon affamé.

- Ah! Tu l'as déjà trouvé.

C'est une question rhétorique plus qu'autre chose. La petite est tellement passionnée que Papa se demande même si malgré son jeune âge, elle n'en connait pas déjà mieux que lui sur le lexique cosmologique. Il n'est pas rare qu'elle lui apprenne les dernières découvertes en date qu'elle aura déniché sur internet ou une revue scientifique. Il faut dire qu'il n'a plus trop le temps pour s'informer, son travail occupant l'essentiel de son activité (et le sommeil en retard le reste).

Il pose sa bière sur une commode, à coté d'une figurine de fusée, et colle son oeil à la lentille de l'objectif. Et c'est une magnifique boule orangée qui se présente. Il la connait par coeur bien entendu, mais c'est toujours un plaisir de pouvoir l'observer par soi-même, à l'ancienne. Surtout que les télescopes privés actuel n'ont rien à voir avec ceux de ses jeunes années. L'astre est à son périgée, c'est à dire à sa distance la plus courte avec la Terre, et donc le plus gros possible.


- Héhé, on la voit bien. Bien joué crevette.

La petite fille se gargarise toujours de ce genre de compliments. La voila donc qui bombe le torse, pas peu fière. Elle se permet quand même de la faire la difficile en affichant une mimique surement empreinté à un adulte.

- Elle est pas dans le bon axe! On aurait presque pu voir Olympus Mons! Et p'têt même la base Hawkins!

- Même avec le bon axe, je pense pas princesse, c'est vraiment petit d'ici tu sais.

- Oui oui! Je sais! J'suis pas bête! Mais quand même!

- Tu la verras peut-être un jour de tes propres yeux ma grande. Papa y travaille.

- Oui! Et j'serais la princesse de Mars!

- Haha! Tout à fait.


Il aggripe sa bière. La confond avec la fusée qui tronait à coté. Fait un peu le pitre. Elle rigole. Elle est dans un bon jour, c'est réconfortant.

- Tiens, et si on en profitait pour trouver Andromède?

- Ah!

- Et après tu va au lit, ok?

- Ok mais on trouve Andromède hein?!