L'enfer

Au septième jour, le calme était revenu au dehors, mais Liam n'avait pas complètement chassé les fantômes qui hurlaient dans sa tête. Les migraines s'étaient atténuées toutefois et il décida qu'il était temps de mettre un pied dehors, d'autant que la faim commençait sérieusement à le ronger. Le spectacle qu'il y découvrit avait quelque chose d'effrayant. Des dizaines de survivants erraient comme lui dans ce qui ressemblait à un tunnel sombre et humide.
L'eau perlait sur les parois lointaines et une terrible odeur d'humidité, de pourriture, d'excréments, de sueur et de sang embaumait l'atmosphère, âcre et pesante. Parmi les nombreuses silhouettes qu'il distinguait, certaines ne bougeaient même pas et il n'osa imaginer le nombre de cadavres qu'il devait y avoir. Ceux qui semblaient avoir survécu ne traînaient pas trop longtemps au même endroit, certains fouillant les cadavres.
Liam, quand à lui, était encore à moitié enfermé dans ce qui semblait être une vieille locomotive en métal rouillé. Ou une rame de métro, peut-être, il était bien difficile d'en être complètement sûr. Le véhicule était renversé sur le côté et il ne semblait y avoir aucun survivant à l'intérieur. 
Le jeune homme entreprit de fouiller les lieux à la recherche de tout ce qui pouvait lui être utile.