Le Berserk

Chapitre débuté par John Walton Gacy

Chapitre concerne : Les rednecks acolytes, John Walton Gacy,

Qui que tu sois, John te dira toujours d'aller t'faire enculer. Que tu ais tort ou raison. Il s'en tape. Mais devoir s'activer les guitares alors qu'il était en train de se pignoler le muscle ? Tout ça à cause de gros fils de pute ? Ça, non. C'était même inacceptable bonhomme.

Comble du fait qu’ils avaient paumé ce gros demeuré de Jakob dans tout ce bordel. Le « jouet » de John. Monsieur-Caca. Putain. John avait de trop beaux projets pour l’handicapé mental pour le laisser filer ainsi.

Aussi, une fois le marais passé, Gacy laissa éclater sa rage. Il insulta à tout va sur les ondes, même la petite Lexie-pute qui venait encore geindre au sujet de ses flaques de moisi. Sale pute. Ta gueule.

Il fallait qu’il cogne sur quelqu’un ou quelque chose car même gueuler ne suffisait plus. Mais personne dans le groupe ne se sentait d’humeur pour se faire rouer de coups jusqu’à ce que mort s’en suive. Alors ce bon gros fils de teupu de John commença à se mutiler. Tout en hurlant comme un dément et émettant un flot d’injures soutenues. Ses compères pouvaient bien croire à ce moment-là qu’il avait définitivement perdu la raison. Et qu’il valait mieux l’abattre comme un chien. On ne pouvait trimballer un énergumène aussi instable dans le groupe.
Gacy continuait à se taillader le front et le torse avec un vieux bout de verre cradingue. Il se passa un peu d’essence à briquer sur sa tignasse de con et l’alluma soudainement tout en fixant Nick avec des yeux de fou. Les cheveux flambèrent d'un coup et une odeur âcre de poils brûlés embaumèrent les lieux.

BWAAAAAAAAAAHHHHHH !!!!!!! RAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!! BBBBbbbwWWwwwAAAAAhhh !!!!


Et il reprit sa radio, insultant Alex Law de gros fils de pute, qu’il n’avait pas peur de sa clique de trisomiques à la sauce Cotorep. Il avait le visage en sang ; un œil un peu plus exorbité que l’autre et son corps sale, couverts de coupures sanguinolentes et était encore, ici et là, maculé de traces de merdes et de dégueulis.

John finit par tomber à genoux en silence. Un silence pesant de quelques secondes qui parurent une éternité. Et là ? Vous ne savez pas la meilleure ? Il se mit à ricaner de manière sinistre et hurla enfin le nom d’Alex Law. Un cri de haine viscérale envers lui, sa clique de fils de pute et au final, envers la Terre entière.