Envie d'être en vie.

Une voix masculine, au début hésitante et fatiguée, puis au fur et à mesure de l'allocution devient assurée et éloquente, fait irruption sur la fréquence générale. Mesdames, messieurs... *toux* il semblerait qu'il nous est arrivé une chose... brusque et immédiate. Le moins que l'on puisse dire... En substance, autour de moi, au gré de contacts frileux, tous semblent avoir l'esprit embrouillé. Les circonstances précises de ce que nous avons essuyé reste...disons....plutôt obscurs encore. Je dirais que... "la fin du monde s'est déroulée comme nous l'avions prévu...trop de monde..." Pour ceux ayant connu cet excellent jeu qu'était "Fallout"... bref *toux* sauf qu'à force de hurler au loup, finalement cette Apocalypse tant redoutée -si t'en est que cela en fut une- arriva enfin, de là où nous ne l'avions pas pressenti... Un long silence, puis la voix masculine reprit. Trêve de bla-bla inutile... ce que je voulais demander à tout un chacun, selon son envie évidement, c'est nous répertorier ici, en décrivant la zone dans laquelle nous nous trouvons, en donnant quelques indications judicieuses pour nous compter et ainsi estimer notre nombre. Les personnes vivantes. Ceci n'est pas un petit caprice comptable, c'est pour éventuellement commencer à nous organiser par zone, selon le bon vouloir de tout un chacun... à chacun de se réunir sous une bannière, d'appartenir à un groupe ou rester seul. L'idée étant de créer une sorte de carnet virtuel, grâce à cette fréquence, pour enfin que les gens de bonnes volontés, voire très motivés puissent se mettre en contact les uns avec les autres. Un bref silence. J'ai beaucoup de question, quasi-existentielles... mais pour l'heure, personnellement je me retrouve dans une zone extrêmement peuplée, je vois pas très bien si des groupes se forment d'ici, mais je vois une petite communauté, laquelle a déjà reçu un de mes messages. J'attends de ses nouvelles. Artyom, terminé.

La radio grésille un bon moment, comme si la communication demeurait maintenue sans pour autant que l'émetteur ne trouve de choses à dire. Cette personne finit néanmoins par expectorer, toussant par la suite, récupérant la fréquence. Salutations sur la fréquence. J'peux pas répondre aux questions sur le pourquoi de cette galère. Dieu sait qu'j'aimerais avoir une réponse aussi. Mais si on est si peu nombreux aujourd'hui... Heh, ouais, j'crois qu'on devrait tous s'tirer vers le haut. C'est déjà assez chaotique comme ça, avec ce sable indigeste et ce temps beaucoup trop agréable pour durer... J'ai l'impression qu'certains ont pas attendu que la poussière retombe totalement pour décaniller et empiéter sur les plates-bandes de leurs voisins perdus dans la toundra. J'vais pas ergoter sur mon expérience avec les étendues désertiques mais j'peux vous assurer qu'c'est pas agréable de se faire canarder quand on croit croiser des alliés. Mon secteur est déjà un sacré capharnaüm. Y'a un sacré paquet d'gens autour, plusieurs groupes qui se forment. J'vais pas citer l'mien dans le lot, aucune idée de si ça restera comme ça ad vitam. Et y'a quelques taudis qui s'rassemblent déjà pas loin. J'en ai compté deux, depuis ma position. Y'en a sûrement d'autres ailleurs, j'ai pas compté. J'dirais pas qu'leur emplacement est optimal m'enfin.. Si certains ont tant besoin de se rassurer avec quatre murs et une planche en guise de toit, j'vais pas les juger. Au fait, si jamais on essaie de me contacter pour que j'intègre vos petites communautés, heh bien... J'veux pas vous la faire à l'envers, hein. C'juste que j'aime pas quand je ne dirige pas mon petit groupe. Ou quand je ne connais pas ceux qui donneront les ordres. Si vous vouliez que j'vous rejoigne.... comptez plutôt me rejoindre et on fera la route tant qu'on suit mes directives. J'ai déjà un plan d'route qu'je compte suivre. De nos jours, c'est peut-être bien un truc qui s'perd, l'organisation et l'sang-froid. Cela dit, ça m'inquiète un peu d'voir déjà quelques cadavres le long des routes. Alors, à tous ceux qui écoutent, si vous voulez vous sentir en sécurité et si vous pensez pouvoir vous rendrez utile, j'veux bien vous accueillir dans ce qu'il me reste d'escouade. Tant qu'vous savez trouver de quoi becqueter ou de quoi boire, vous êtes les bienvenus. Pour le reste, j'aviserai. Court silence, l'individu semblant sur le point de rajouter quelque chose avant de faire machine arrière. Derek, terminé.

B'jour. Moi c'est Bernard. J'habite au 69 rue du P'tit Bordel, à Tintin-les-Moulins. C'est juste derrière la maternelle. L'PMU est encore ouvert les gars. Ramenez vos gueules, Ginette est chaud bouillante c't'aprèm', et c'soir y'a Bourg-La-Raie contre Sainte-Verge à la TV. Préparez vos combinaisons d'plongée, on finit chez moi. A plus.

[/i]Le Président, se marre d'un air goguenard[/i] "Ouhouhouh, t'es un sacré con Bernard, ça oui. Mais tu me fais bien marrer. On pourrait finir par s'entendre, tu sais. Ca oui."

- Je ne veux pas avoir l'air pessimiste, mais la première connasse que j'ai croisée, elle a essayée de me faire la peau, sans aucune raison, et non seulement il y a des cadavres sur le bord des routes, mais ... ils se sont fait dépecé... Alors la meilleure façon de survivre, c'est de ne faire confiance à, a pars les gens avec qui on voyage. Et s'arranger pour qu'ils aient toujours besoin de vous, pour ne pas finir en méchoui. Le reste, la civilisation, la reconstruction, je pense que c'est des arnaques.

- Civilisation...Piège à cons ! Hey les princes wall disniais là, vous tremperez vot' bite puante dans une autre abîme que la mienne hin, siouplait ! Vous auriez du crever, ce monde n'a plus besoin de vous, vous êtes des erreurs !

Le ton de la voix semble s'adoucir juste après les interventions, notamment celle de Derek. Dis-moi, tu n'étais pas dans le domaine de la publicité et du marketing par hasard, comme disait la demoiselle qui a intervenu en dernière, pendant la "flamboyance" de notre Civilisation passée? Non parce que j'ai été presque convaincu par tes mots; Mon petit coeur à fait "boum-boum tchak". Tu m'as vendu du rêve, alors que je sors seulement d'un long évanouissement sans rêve. Une courte pause, pour tousser, la poussière du sable s'infiltrent de toute part. En toute sincérité, je pense que toi tu seras prochainement à la tête d'une secte de renom. J'ai même un nom pour toi, libre de droit évidemment; l'Unitologie, dirigée par le gour...euh comment tu t'appelles déjà? Ah oui, Derek. Dirigée par le marketeux-socialiste Derek. Ne te formalises pas avec les termes, déformation professionnelle saupoudrée de Novlangue. Néanmoins, cela sonne très sexy, tu ne trouves pas? En tout les cas, je ne sais pas si tu as entendu sur d'autres fréquences que l'on capte parcimonie, mais il semblerait qu'il y aurait des aberrations biologiques douées de la parole et qui se baladent un peu partout... Y a vraiment quelque chose de social à faire là. Et je te sens motivé pour mener à terme ce projet. Gardons contact.

Pour ceux qui ont vraiment envie de profiter au maximum de leur (courte) vie, le Club Med ouvre ses portes et vous acceuille 7/7j 24/24. Venez profiter du soleil, du sable chaud et des gentils organisateurs et organisatrices. Profitez de 15% de réduction sur les cocktails et les stages de plongée avec le code promo: APOCALYPSE-TOMORROW Bienvenue à Galaswinda, darladirladada!!!


Y a du soleil et des nanas, darladirladada!

C'est très terre à terre ce que vous dites, messieurs. Les différents dialogues public à la radio permettent de créer des affinités, des affinités qui j'espère dureront. A propos de différence, je confirme la présence de personne mutantes.. Voir de créature un peu farfelue. Deux d'entre elles sont à nos côtés. J'ai discuté avec une mutante aux jambes de gazelle. Très agréable et sans doute plus rassurante que l'impression dégagée par certaine personne ici. Nous allons progresser en direction du nord, et pourquoi pas se suivre ensemble, étrangers que nous sommes. Après tout nos compétences ne nous permettent pas de survivre seuls. Je ne parle pas de signer et de s'engager dans quoi que ce soit, seulement faire une marche commune, solidaire, une découverte des terres avec les moyens de combler les manques des uns et des autres, histoire de survivre. Par la suite, les groupes se formeront, les gens prendront leur propre route. C'est déjà un peu d'humanitaire en compagnie de créature inhumaine et humaine pour ce désert qui nous brûle tous un par un.

(hrp: à supprimer plus tard, mais en cas de "page suivante", pensez à regarder l'adresse internet, vous allez voir vous serez -sauf si réparé- en page "20" au lieu de "2", et on a pas encore remplie la page 20 ^^ il vous suffit de changer manuellement dans l'adresse pour arriver à la "bonne page". Merci a alichee )

Nouveau grésillement suivi de l'intervention rapide du dénommé Derek. Ce dernier semble avoir récupéré de sa toux de la veille. Ah, désolé, heh.... Artyom, si mes souvenirs sont bons. J'faisais pas dans le marketing ou dans l'économie. J'étais officier dans les forces spéciales britanniques. Ma spécialité dans mon escouade, c'était la médecine et la linguistique. Alors, question marketing, j'avouerais être un peu largué si on me parle des termes techniques. Bon, après, j'vais pas r'filer mon CV. Ça f'ra un sujet sur lequel causer au coin du feu si les gardes se font trop longues, les nuits. Il s'interrompt avant de reprendre. J'suis de l'avis d'la damoiselle qu'a causé, c'la dit. Enfin, pas sur le côté terre-à-terre mais sur l'entraide en général. C'est la deuxième fois qu'on s'fait lourder dans la nuit par un gus pas net. Cette fois, c'était une nana. D'après sa carte d'identification, elle s'appelait Yvonne. J'parle au passé parce qu'on lui a pas laissé le temps d'l'ouvrir. Ni d'nous ouvrir avec ses griffes, d'ailleurs. La harpie a goûté à mon MP5 mais j'crois qu'mon PM est mort. Enfin... J'le récupérerai pas, vu l'état. Mon pote a failli y perdre sa vie, c'est déjà un miracle s'il n'a rien. Tout ça pour dire, et ce n'est pas parce que j'ai bossé comme casque bleu que je le mentionne ainsi, j'préfère qu'on s'entraide tous, en grande majorité. Quitte à ce qu'on se sépare tous plus tard, très gentiment. Même si ça doit nous mener à nous foutre sur la gueule quelques semaines, mois, plus tard suivant la rupture. Les déserts, c'est vraiment une tuerie sans nom. Et c'est pire quand on est seul ou mal accompagné. Il aurait certainement souri à ce moment. Son silence l'aurait prouvé pour qui l'avait connu. En tout cas, Artyom, merci d'ta confiance du côté... Comment t'as appelé ça, déjà...? Secte, gourou ? Ouais, ce genre de trucs. Enfin, c'toujours que des mots pour désigner une communauté, j'vais pas faire dans la sémantique. C'est ça qui appartient au passé, maintenant. Bon. Dès qu'on a fini les contacts dans le secteur, j'pars au nord rejoindre l'autre groupe qui fait son exode. J'préfère ça que d'rester dans un coin où ça pue la mort et les traquenards dès qu'on forme l'oeil. J'espère qu'on s'y recroisera, Artyom. Ou qu'on s'recausera en franche camaraderie plutôt que dans une rivalité pleine de poisse. Un rire retentit à ce sujet, comme si le sujet avait fait remonté une blague dans les souvenirs du soldat. Il maintiendra tout ceci sous silence, vraisemblablement. Derek, terminé.

- Putain de merde...C'est clair, je rêve ! J'espère que j'vais me réveiller bientôt là, une fin du monde bâclée pour retrouver ça...Le gâchis !

C'est pas fini, on peux encore faire en sorte que la fin du monde soit une réussite !

Le ton amical, il reprend. Tout le plaisir est pour moi Derek. Je savais que cela te plairait d'une façon ou d'une autre... et puis quelque part; on est presque une sorte de collègue nous deux. Les "Ranger Wing" si tu as déjà entendu parlé. Cela veut dire "Garde Ailé", mais comme certaines bottes sont nommées les "rangers"... hum ça fait un jeu de mots du style "Bottes Ailées"... dans le genre... on vole, on flotte sur l'air du temps pour atterrir sur des gueules enfarinées avec douceur et tact... Bref. Trêve de jeu de mots et ... "d'amusment". Donc tu me dis que tu étais casque bleu toi, ce n'est pas les forces Onusiennes ça? Comment il se fait que tu étais dans les "YuKé" Special Forces? Soudain, un rire franc et amusé. Par contre, je remarque que tu es très prolixe, que tu aimes visiblement bien parler en me donnant la réplique avec moult détails. Pas pour me plaindre, mais ce n'est pas l'habitude de la "Maison" en général. M'est avis que toi si tu passes sous le supplice de la noyade simulée, tu parleras très vite... Je ne parle même pas si l'on t'entreprend au fer à souder ou...par la cravate mexicaine... Le ton redevient interrogateur, l'air d'être franchement intéressé. Comment ça...tu as récupéré une MP5 toi? Et avec les munitions qui vont avec....non. Tu déconnes? Mais où as-tu trouvé tout ça? En tout cas content de savoir que toi et ton ami avez évité une mort... Par chez vous, l'ambiance me semble relativement assez agressive non? Oui, avec plaisir Derek, j'espère nous rencontrer tous les deux autour d'une franche camaraderie. Et qui sait, faire un long chemin ensemble et comprendre enfin ce qu'il nous arrive ici. Parce que la dernière demoiselle à répondre, parle déjà de "fin du monde"... Semble s'adresser à la dernière personne féminine à présent, Red. Mademoiselle vous êtes? Vous disiez que c'est la ... "fin du monde"? Qui parle de fin du monde, c'est juste une sorte de "pathologie du sommeil" qui touche la population mondiale... on va vite tirer tout ceci au clair.