Liberty Harbour : Radio Free Birds Island !

Un petit gloussement, un crachat, une insulte pas piquée des hannetons, un hamoncelement de mots sans queue ni tête, un éclaircissement de voix, avant que le véritable contenu sorte du gosier.

"GOOOOOOOOOOOOOD MOOOOOORNING Angels ! Et autres fripons et attardés du désert, Iel vous aime tous, vous êtes ses enfants y a pas de soucis, t'inquiète pas ! Ici Céleste, la voix des cieux, la paillette de l'Est, le ferrero rocher du diplomate. Je lance officiellement une radio Free Birds Island, et oui il en faut une ! Et je m'ennuie dans le desert, c'est toujours mieux de parler à son smartphone Musk-Corp qu'à des cailloux ! Vous me direz, ils ont peut-être plus de répartis que vous autres, mais je m'en fous, je ne suis pas là pour faire l'aumône. En fait si ! Et oui car de grandes nouvelles sont à venir à Liberty Harbor et son île ! "


Elle se calme un peu pour avaler sa salive et sans doute une bonne rasade de rhum arrangé.

"Tout d'abord, un petit flash info de notre situation. Nous sommes riches ! Riches de riches, et si les paumés du desert veulent venir profiter des largesses de la cité des Anges, on vous accueillera avec plaisir ! Nous lançons en effet une grande campagne de repeuplement de l'île, ou tout ceux qui voudront vivre loin des affres du continent pourront trouver leur content de bonheur. Au programme, surf, plongée sous-marine, balades à dos de dromadaire, optimistes - le bâteau, pas l'état d'esprit, quoi que ! - yukulélé et autres joyeusetés.... Et sexualité ! Avec un peu de chance, nous augmenteront la natalité de l'Île de 200% ! Et au pire, on prendra du bon temps."

Elle s'arrête une minute, comme si elle lisait des notes écrites lors d'un de ses trips psychédéliques.

"Vous vous dites, mais c'est bien beau, la fête, mais moi je ne suis pas un oisif, je veux donner du sens à ma vie dans la réalisation de grands projets ! Et Iel t'entend ! Nous avons des infrastructures dignes d'une ville de l'USSR ! Tu pourras artisaner tout ton saoul, mais aussi être missionné pour aller explorer les terres de Free Birds Island ! Liberty Harbour est un port libre, c'est marqué dessus, alors ne t'inquiete pas, tout commerce que tu voudras y faire sera le bienvenu, que cela soit des stères de bois, ou tes charmes ! Et pour ceux qui veulent monter une petite entreprise à but continental, comme une société civile de pirates, ou de bohémiens sous psychotropes, Liberty Harbour vous fera des facilités ! Vos avoirs seront, chez nous, en sécurité !"

Interlude musicale d'une beatbox bien dramatiquement nulle.

"Nous allons ouvrir une parfumerie ! Oui, car l'hygiène, c'est important, et l'odeur, aussi. Parait-il... Bon, alors, puisque nous allons faire ça, nous allons aussi vous inciter à vous débroui... Bon, on va pas faire dans l'assistanat qui vous endort, non, on voudrait que vous vous débrouillez entre vous pour vous nourrir, en profitant de nos belles installations. Oui, c'est un systeme pas encore au point, mais on y travaille ! Oui ! Follement. Tout ce qu'il nous faut, c'est des coba... des habitants !"

Elle s'essoufle un peu.

"Bon voyez le genre ! Liberty Harbor, c'est pas le Paradis... Mais c'est ce qui s'en rapproche le plus !"

 

Si les pigeons volaient plus hauts que les aigles, ça serait plus des pigeons.

Bruit de coups, répétés et de sonneries identiques.
- Qui a ramené toutes ces merdes ? Pourquoi ça sonne? 
Hein ?

Ah...
Guhuhuhu!

Ah ! Ba voila qui est parfait ! Je me demandais ce que j'allait faire une fois sorti de ce sous-terrain ! Je suis chaud pour ces vacances.
Mais... est-ce que votre terrain sous-exploité se trouve loin du métro ?
Pas que ca me dérangerais, mais s'il faut se mettre au sport pour y aller, ca peux potentiellement me refroidir.


Un homme simple, tout simplement.

"Eeeeeeeeeeet nous avons un auditeur ! On applaudit !"

On entend un chameau braire. Ou râler. Ou une chamelle. Et un coup de taloche, et des insultes, et des mots que le Tout Puissant n'aimerait pas qu'on retranscrive ici.

"Alors mon bon monsieur, les oisifs sont les bienvenus ! On est pas l'île des oiseaux pour rien ! On ne vous forcera à rien, vous vous forcerez à tout ! Ou le contraire, je ne sais plus. Enfin, si vous aimez le surf, nous avons un très joli spot sur les récifs, et si vous aimez la nourriture épicée... nous avons de la nourriture épicée. C'est facile de nous trouver, nous sommes l'île à l'Est du continent ! D'ici, nous pouvons vous donner un ride, ma foi. Ou vous secourir. Et si vous êtes sur l'autre rive... Nous avons notre propre Charon qui se fera une joie, contre une obole, de vous offrir la traversée !"


Si les pigeons volaient plus hauts que les aigles, ça serait plus des pigeons.

Deux voix sortent de la radio.

-Ca a l'air trop beau votre truc...

-Mais on serait chaud... Plage, surf, bouffe...

-Enfin si on sort de ces égouts de merde !

-Ca shlingue, j'en ai marre...

-T'inquiète, je te protège...

 

 
 
*Bruit de lunettes qu'on pose*
*bruit d'un pull à col roulé et d'une veste qu'on enfile prestement.*
*Bruit de serrage d'un catogan invisible*

Une image apparaît


Bonjour.
je suis Octave.
Autrefois appelé Octavio Coleman.

Je suis le parfumeur évoqué par mademoiselle Céleste.
Ex haut-poste chez JeMay Company.




Un long silence, il reprend.


J'utilise un smartphone Musl-corp.
C'est pour cela que vous me voyez.


Le visage reste figé.
J'étais venu dans ce monde pour quelque chose, la poursuite d'une mission qui avait débutée dans le monde d'avant.
Cela s'avère difficile.
Je suis arrivé à Port Liberté et comme le dit mademoiselle Céleste, c'est le paradis.
Elle veut repeupler l'île.


L'expression de son visage change légèrement, comme un début de sourire.

Mais c'est très très léger.
Moi je veux la dépeupler.


Pour vous raconter cela, prochainement, je vous parlerai des Civils.
A bientôt.

La communication coupe sèchement.
 
 

Liberty !

Trois coups de poings.

Liberty !

Trois coups de poings.

Où ssont leaders du monde ?

Ahum...

Allo ?
Bonjour à tous, ici Mitsu !
Je suis... hum... le nouveau chef de Liberty Harbor ?
Hum... bref, ceci est un détail qu'on clarifiera par la suite.
Dans tout les cas, Liberty est mourrant. 

J'ai entrepris un voyage pour aider à la reconstruction de cette communauté, en communication avec Céleste... mais comme certain d'entre vous le savent déjà, elle a mit fin à ses jours... paix à son âme. A sa mort, le flambeau a été donné de main en main... pour finir dans les miennes.

Les peu de personnes restants dans cette communauté se laissent mourir. Donc s'il y avait un projet de reconstruction, je pense que c'est tombé à l'eau... ou alors, j'ai pas été prévenu qu'il fallait tout reprendre à zéro.

Bref ! Dans tout les cas, si vous voulez venir, il faut être très bien préparé... pas comme moi.
Sur ce, je me souhaite bonne chance, ainsi qu'à ceux qui espère encore de l'aide à proximité. 


Rien ne va plus.

Tu veux dire que t'es tout seul ? Tu as l'art hum....

*Long soupire*

Que vais je faire de toi hein ?


Ce monde n'a pas besoin d'un héros, il a besoin d'un monstre

Tout seul ? J'ai dit que j'étais tout seul ?
Ah non non, il y a encore des gens ici... pour l'instant ?

Après, c'est vrai que c'est difficile de dire que je seul... pour ceux qui me connaissent... même si là, il y a bel et bien d'autre être humain avec moi. Mais pour combien de temps ?


Rien ne va plus.

Non effectivement, t'es jamais tout seul dans ta tête.... Dois-je m'inquiéter ?
 


Ce monde n'a pas besoin d'un héros, il a besoin d'un monstre

*En fond sonore des bruits rauques, s'apparentant à des aboiements, quoiqu'un poil de louve un peu étrange....*


Homo homini lupus est

Mitsu, le nouveau chef !!! Haha, j'aimerai bien voir ça... 

Malheureusement, tu ne le verra jamais, j'ai déjà repassé le flambeau a quelqu'un de plus compétant que moi.
Et je dois dire que ça me rassure, je ne suis pas fait pour commander.


Rien ne va plus.

Du coup tu es partis bien loin. Est-ce à dire que tu abandonnes notre petit jeu ou as-tu besoin d'un autre indice ?


Ce monde n'a pas besoin d'un héros, il a besoin d'un monstre

Abandonner ? Moi ? Tu me pose réellement la question ? J'y arriverai même sans ton indice ! Même si ça ne serait pas de refus. 


Rien ne va plus.

Hum ... au cas où cela interresserait ... le Phare est ... mort. Oui mort. Il n'y a plus personne pouvant ... ahem ... raisonnablement être qualifié de vivant.


Que d'eau !

- Triste nouvelle...

Un court silence dont la fin est marquée d'un soupir.

- Tous les lieux de vie tombent les uns après les autres, aidés ou non. Tu as de quoi t'en sortir là-bas ? Sinon contacte les gens du Cirque... Ils sont pour la plupart encore bien en vie et possiblement les plus proches pour pouvoir t'envoyer une escorte, s'ils ont le coeur à ça.

 


L'homme est un loup pour l'Homme. Et pour le loup ?

Ou au pire tente ta chance seul c'est plus sur.
Sinon Mitsue, bouge pas j'arrive.


Ce monde n'a pas besoin d'un héros, il a besoin d'un monstre

Mais... et ceux qui y vivait, que sont-ils devenus ?! Sont-ils encore en vie ? Ont-ils déménagé ?

Je ne bouge pas, Danny, je ne bouge pas.


Rien ne va plus.

Né de la pousssière... Retourne à la pousssière. Même les basstions des Fleurs.

Existence devenir alors vrai rébellion. Ssurvie comme doigt d'honneur contre la mort.

Je suis assez d'accord avec la dernière intervenante.
Bonjour, c'est Octave du Port, enfin, de Liberty Harbor.
En écoutant avec nonchalance la radio, j'ai presque eu peur d'être mort, aujourd'hui.
Le Phare est mort.
Je nous ai cru phare, étant donné la fréquence.
Ouf...
Nous ne sommes que Port.
Et personnellement; pas pour longtemps !

 

-BONJOURCESTTAMARIE ! caka la Luciole ! Heu... Aka la Luciole !

-Le Phare est pas mort, c'est juste qu'il y a plus personne ou presque là bas car j'en avais marre alors je suis partie et beaucoup de monde il est parti aussi et on s'est dit que c'était mieux comme ça. Monsieur Papatissier aussi et X'iu aussi donc c'est un peu partit partout à cause de la menace rouge qui était pas rouge que j'ai pas tout compris mais je vais pas mourir pour un vieux batiment donc on s'est dit qu'il fallait vivre. Puis j'arrive pas trop à vivre longtemps derrière un mur, si on met une luciole dans une lanterne elle finit par s'éteindre. Vu que Tonton Zazazel est plus les phariens prennent la route. Soyez gentils avec eux, peut être que vous aurez la chance de me voir arriver chez vous comme ça ! Si je survis aux routes ! Ca on sait pas encore où qu'on va... Mais voila, vrai que j'avais pas trop parlé du Phare et de la suite. Mais si vous voulez, tout est encore là, pouvez y aller et voir avec ceux qui y reste et tout ça, mais c'est plus mon problème ! Je vous embrasse ! C'était Tamarie qui était la Luciole ! Je me serais bien amusé quand meme !


- Voilà une bien moins triste nouvelle ! Que la route vous soit bonne, petite.

 


L'homme est un loup pour l'Homme. Et pour le loup ?

Faites gaffe quand même, la route est dangereuse, y'a un papy qui a décidé que tout le continent Nord était à lui maintenant. Ouais pis le Phare aussi c'est à moi dorénavant. Té !

-Bah si vous voulez monsieur Papy, comme j'ai dis moi j'en veux plus, mais surement que tu sais que les rouges ils savent où qu'il est le Phare et que donc ils pourront facilement te trouver. Moi je dis ça... Après tu fais comme tu veux, c'est pas mon souci. Des bisous monsieur Clérus, peut être qu'on pourra se revoir comme ça ! Je vous embrasse tout le monde ! Attentions à vous !

Les rouges ? Té. Qu'ils viennent au Phare je les attends. Mais ils ne viendront pas, ils sont trop occupés à faire leur sieste. Je n'ai aucune crainte. Que le Cirque rapplique aussi pour faire la chasse à Papy, ça me va très bien. Alors qui des 2 viendra le premier, le Cirque ou les Rouges ? Les paris sont ouverts. Moi je parie sur la tête de Clétus qu'ils ne viendront pas au Phare.