A travers les yeux de Doudou.

par

dernière modification de Korowai à 01/01 14:49
mots clés: Korowai,

Korowai

A travers les yeux de Doudou.

Ce texte vaut 3 bières !

L'histoire commence il y a quelques années , mes yeux n'étaient encore que deux billes de verre sans âme et mon corps de chiffon tester et approuvé pour les bébés qui sentait encore le neuf .

Quoi je vous ennuis déjà bon bah je vais passer à quand et comment j'ai rencontrer Korowai alors !

Ce fut une magnifique nuit d'hiver , je m'en souviens car la jeune enfant me serrait très très fort contre son cœur quand elle m'a sortit de cette boite ou l'on m'avait soigneusement emballé , ce jour là je portait le nom de "Commande 796".

Dans ma petite boite j'ai bien sentit que j'en avais pris des avions , mais quand la boite ce rouvris , il y avait ce visage , ho oui ce visage que je n'oublierais jamais. Celui de la douce korowai , une peau très blanche avec ses cheveux roux et ses grand yeux bleu. Je savais à cette instant que l'on ne se quitterait plus . Elle est devenu ma meilleur amie.

Cette jeune fille grandissait dans un environnement qui n'était pas du tout approprié à l'éducation que voulais lui donner ses parents. C'était pourtant une magnifique foret amazonienne , même si les coutume dans le coin était quelques peu étrange .

Un jour elle fut envoyé en France et plus précisément dans un couvant , ce qui ne déplaisait pas à son cher oncle , mais je vous en parlerais plus tard .

Moi je suis rester seul , dans la forêt , j'ai subit bien des intempéries , mais j'ai surmonter les épreuves et j'ai fini par retrouver ma rouquine , vous voulez savoir comment ?

C'est très simple , pour son anniversaire ses parents lui envoyais toujours un petit cadeau avec le compte rendu de leur recherche ce qui ne l’intéressait guère , il faut l'avouer . Et bien ce jour là je me suis glisser dans le paquet , bon d'accord avec l'aide de Maman .

Ma belle enfant avait bien grandit , elle m'attrapa par le bout de la patte puis m'étudia avant de me serrer à nouveau dans ses bras et me murmurer "T'aurais bien besoin d'un bain Doudou !!"

C'est vrai que j'avais quelques peu perdu ma couleur d'origine . Ainsi que ma douceur et mon charme , mais cela c'est une autre histoire.

Bref la vie continuait l'on était pas si mal ensemble , elle me délaissait de plus en plus , mais chaque fois , la nuit , quand ses crises d'angoisses ressurgissait j’étais là !

Un matin ma petite koro n'était pas comme d'habitude , elle prépara son sac , bien heureuse de pouvoir quitter le couvant . Ses 18 bougies venait de s'envolées en fumée.

L'on parcouru les rues de la grande ville. On pénétra dans un endroit bizarre , les murs étaient peints avec des Œuvres d'arts de la rue . Bien accrocher dans la pochette avant du sac à dos je contemplait le monde à hauteur d'homme . La vie suivait son cours nous vieillissons cotes à cotes .

Mais un jour , les murs se mirent à trembler Koro m’empoigna rapidement voulant m'emporter avec elle le plus rapidement possible. Ma patte resta accroché à un clou ce qui me valus une belle ouverture . Korowai me répétait "t’inquiète pas doudou je m'occuperais de ta patte plus tard" ...

Oui , plus tard ... Nous avions suivit le mouvement de la population et nous nous retrouvions entasser dans ses souterrains , que fassions nous ici ? Que ce passait-il à la surface ? Nul ne semblait avoir une réponse exact ...

Alors nous nous sommes arrêtez , Je me souviendrait toujours des mots de Korowai : " Ne me quitte pas doudou , je vais avoir besoin de toi ." Elle me fit un bandage à la patte , puis elle me garda contre elle tendit que l'on nous distribuait quelques vivres.



Le temps nous semblait de plus en plus long , les gens devenais fou , j'en est vu certain tuer d'autre homme pour leur dévorer la chair , cela n'aurais pas due me choquer , dans notre forêt amazonienne cela était coutume. Mais je doit avouer que jamais cela ne se faisait avec une telle brutalité .

Korowai elle même pris peur , c'est ainsi que l'on pris l'initiative de sortir de cet endroit. Sur le chemin rien de bien rassurant , des cadavres , des hommes à moitié dévorés et autres obscénités. Le monde avait changer pour un tout autre visage .

Ma rouquine trouva au sol un sac avec du matériel , cela ne nous serait pas réellement utile à par la radio peut être , si toutefois elle était en état de fonctionner .

C'est d'ailleurs grâce à cela que l'on retrouva tonton ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


La Rencontre avec les pèlerins .

Nous avions trouvez une radio , elle était dans un sale état , fort heureusement ma petite korowai était pleine de ressource , elle nous répara ce vieux truc en quelques minutes.

Chaque fréquence était différente , beaucoup de plainte et de douleur , des demandes à l'aide et des fréquences que je ne saurais identifié .

Koro tenta les courtes fréquences au cas ou un groupe de personne civilisé émettrait par là ...

Et c'est la qu'elle entra en contact avec un homme Froid , Dur , Avec une ligne de conduite particulière , d'ailleurs s'il n'avait pas reconnu Korowai , il l'aurais surement ignoré !

Il était en réalité son oncle , koro avait très peu de contact avec lui , il faut dire que tout les deux ils avaient des idées bien opposées . Deux tempérament de feu et cela faisait des étincelles . Mais il n'était pas atroce au point de regarder mourir sa filleul sans rien faire ! D'ailleurs il était même tout le contraire avec elle , si bien que les autres pèlerins la surnommais "la chouchoute" ...

Koro passait son temps à se prendre la tête avec son bon tonton , faut dire , moi son ami de toujours je n'ai pas grande conversation mais je sais écouter . La pauvre enfant avait besoin de contacte humain .

Après moult dispute l'homme fini par accorder à korowai de parler avec l'un des autres pèlerins , ce qui n'allait pas être chose si aisé , car d’après lui l'autre homme était timide.

Je ne saurais dire si c'est la douceur de ma korowai ou son sourire mais l'homme eu la langue délier à sa première rencontre .

C'était un homme au charme certain , qui sonde votre âme de ses yeux bleu-gris , d'ailleurs ma petite koro ne lui était pas indifférente , et ça le temps allait le confirmer , l'homme qui était soit disant timide était un gentleman qui allait bientôt faire de moi un doudou de nouveau délaisser ...

Mais bon ma koro avait cette soif de découvrir le monde et jouer avec sa radio lui permettait de lié contact avec pas mal d'autres hommes dans ce désert , même si certains sortait plus du lot que d'autre ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Le travail et + si affinité...

Korowai passe plus de temps à travaillé depuis que le monde à changer , c'est étrange comme les hommes peuvent changer.

Bien logée dans son corset j'ai une belle vue sur ce qu'il se passe , d'ailleurs je me pose des questions sur les intentions de ce pèlerin , pas plus tard qu'hier je l'ai vu le regard fixée dans ma direction alors que ma douce korowai se penchait pour ramassez des herbes . Aurait-il envie de me doudounaper ?

Ou alors il a des pensées mauvaises à mon égard peut être songeait-il à comment m'éliminer , pour pouvoir me voler ma korowai !

Peut importe je le garderais à l’œil , tout comme ses autres compagnons qui nous suivent . Entre les muets et ceux qui parle un dialecte étranger , je craint que ma koro n'ai trouver pire compagnon que ceux qui logeait autour de nous à l'époque !

Aujourd'hui korowai m'a déposer dans la terre , nous étions en forêt il me semble , j’étais gentiment installer contre le tronc d'un arbre quand je l'ai vue brandir son katana et ôté d'un coup net la vie d'une pauvre biche.

C'est la que je me rend compte que ma petite koro grandit , grâce à ce geste elle à sans doute réussit à survivre quelques jours de plus ...

Mais ce qui m'a le plus étonner c'est ce regard qu'elle a eu ensuite , comme si elle avait peur que quelqu'un l'espionne puis en quelques seconde elle avait disparu enfoncer dans le bois sa main maintenu par ce fameux pèlerin , j'aurais voulu crier , Koro attend moi ! Koro me laisse pas ! Mais elle était déjà loin , et puis que peux faire un doudou doté d'une conscience mais pas de parole ...

J'ai donc attendu , encore et encore , la nuit arriva vite , mais toujours pas de korowai , m'avait-elle déjà oublier ? Je regarde ma patte , mon bandage s'effiloche , j'ai la sensation d'être décomposer , abandonner à mon sort .

La lune était haute dans le ciel , et alors que je commençait à perdre espoir , ma koro refit son apparition elle me saisit rapidement par la patte avant et me conduit au campement son pas était suivit de l'homme , que je voyais bien souriant malgré les mouvements de balancement qui me donnais le mal de terre provoquer par la marche rapide de ma koro , mes oreilles allais et revenais devant mes yeux .

Puis l'on s'assit au coin du feu avec tout les hommes de notre groupe , Tonton ne quittait pas son chapelet et ne cessait d'accuser ma koro de porter un objet maudit. Mais têtue comme une bourrique elle ne voulait pas s'en défaire toutes les excuses était bonne pour la garder sa CAGOULE !

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


La malédiction de la cagoule

Tiens d'ailleurs je ne vous est pas parler de cette cagoule ...



Depuis que korowai à trouver cette chose , le Tonton passe son temps à crier aux blasphème et à la malédiction , et bien sure cela amuse ma korowai qui prend malin plaisir à la conserver pensez vous !

Pour le blasphème vous imaginez tous pourquoi sachant que notre oncle est un fervent homme de foi ! Mais laissez moi vous contez pourquoi maudite !

Il y a de cela quelques jours , il nous pleuvait du ciel des caisses à chaque levé du soleil enfin cela c'est ce que pensait tonton car toutes ses caisses n'étaient qu'illusion , elles étaient désespéramment vide.

Je vais vous dire moi je pense surtout que l'ancien nous à pris un bon coup de soleil à marché dans le désert depuis tout ce temps , plutôt ça qu'une malédiction !

Ensuite c'est ce beau pèlerin qui s'est mis à bavé , tout de suite il avait beaucoup moins de charme et pourtant ma korowai s’inquiétait plus pour lui que pour ma patte qui attend d’être recousu !!

Puis pour finir c'est l'allemand qui nous à fait un coup de calgon !! Je pense que les hommes de ce monde c'est comme les serpents ils ont une phase comme ça ou il mue , ils régressent en quelques sorte et bavent partout puis finisse par revenir tout beau tout pimpant ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Les pieds dans l'eau des marécages ...



J'ignore si ce retrouver ici est pire ou meilleurs que le désert , voyons le bon coté des choses , ici c'est humide , il fait moins chaud , il y a moins de vent , moins de tempête de sable , le cadre est plutôt agréable .

Finalement à par l'odeur de l'eau stagnante et les moustiques c'est pas si mal ! Enfin je dit ça , mais moi pauvre doudou je ne ressent pas ses choses là.

Pour évoluer dans ses marécages ma douce korowai relève sa robe et ses jupons bien au delà du genoux , peut être est-ce pour cela que Tonton a donner ordre au pèlerin d'ouvrir la marche , lui continue ses prières avançant fièrement devant tel moïse ouvrant la mer son chapelet à la main et sa robe de bure trainant dans l'eau ralentissant la progression du groupe .

Ma petite Koro , elle se moque bien qu'on vois sa petite culotte . Mais par contre pour rien au monde , elle n'abimerais sa robe qui on doit bien l'avouer attend la prochaine rivière pour être lavé ...

Le pèlerin de son cœur lui , ferme la marche . Je n'ai toujours pas confiance en lui , je vois bien qu'il tente de m'enlever ma koro à chaque occasion.

Devant nous un tronc d'arbre coucher qui va certainement nous servir de perchoir pour la nuit . Quand je voit grimper nos héros du jour je revois ce reportage sur les petit singes sapajou .



Aux seules différences que les branches sont plus grosses et qu'ils ne se servent pas de leur queue pour s’équilibrer hihihi !

Chacun trouve sa place sur cette branche , Notre gentleman s'approche de nous il aide Korowai à grimper , puis fini par se placer derrière elle et l'enlace de ses bras . Surement fait-il cela pour l’empêcher de tomber , ou lui servir d'oreiller , peu importe cette nuit je garderais les yeux ouvert pour surveiller qu'il ne tente pas de l’étouffer !

A l'horizon le soleil se couche offrant un magnifique paysage colorer à travers le feuillage , le groupe des pèlerins s’endort paisiblement pour la première fois depuis des jours ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Réveil et petit déjeuner ...



Le soleil se lève sur le marais , les humains dorment encore c'est fou se qu'il peuvent raté à faire la grâce matinée , je suis bien blotti au chaud dans le corset de ma Koro , bientôt la fraicheur du matin va les réveillés et ils aurons tous ce qu'on peut appeler les yeux dans le brouillard ...

Comme chaque matin le muet va se mettre à piaffer , certains vont écouter leur estomac gronder sans dire mot , puis il y a les éternelles affamer qui eux s'exclame dés le réveil , y'a quoi au petit déj ? Korowai fait partie de ses derniers !

D'ailleurs en parlant de korowai , je sent son souffle qui s’accélère légèrement , son réveil est proche , je connait son rituel par cœur , d'abord elle s'étire en baillant , puis elle ouvre doucement les yeux après ce les être frotter deux ou trois fois , vint ensuite l'instant de mon bisou du matin , mon instant préféré !

Mais ce matin c'est Légèrement différent , celui qui hérite du premier bisous c'est ce pèlerin ! Alors que j'attendais gentiment l'approche de ses douces lèvres , ma douce koro s'est retournée vers ce bipède et l'a embrasser en lui susurrant ensuite un "bonjour chéri" . C'est inadmissible ! Il à de la chance que je suis dépourvu de muscle ou je l'aurais confronter , je dois m'y faire je ne suis qu'un doudou . Fort heureusement ma koro ne m'oublie pas , mon tour est venue à moi aussi !

De toutes façon lui va devoir la lâcher , c'est l'heure du petit déjeuner et moi ? Bah moi je resterais à ma place contre sa poitrine , je suis certain qu'il m'envie en secret ...

D'ailleurs en parlant de petit déjeuner , saviez vous que dans les marais l'on pouvait trouver tout un tas de créature comestible ?



Je vous l'accorde , s'pas très ragoutant tout ça , mais quand on à faim on fait pas le difficile , surtout quand il faut bouffer ses bestiole cru !! J'ignore comment ils font , c'est dans ses moments là que je me dit qu'être un doudou c'est pas si mal ...

Si encore ils pouvaient faire un feu , ils feraient comme ses asiatiques que l'on voyais à la TV , mais dans les marais la tache est difficile ! Mais vous savez quoi , le plus drôle dans cette histoire c'est qu'avant de les manger , faut les attrapées et là c'est drôle ...

Imaginez un peu ce que j'ai sous les yeux , Un hommes en robe essayant de courir après un pauvre batracien dans les marécages d'autres partent à la recherche du plan B ! Puis du haut de sa branche ma Koro qui les regardent faire amusé , car il est hors de question qu'elle participe à ce sport et risque de tomber toute habillé dans cette eau puante ! Forcément la jeune femme éclate de rire , et je suis dans le même état d'euphorie dans mon fort intérieur .

Voilà que les deux hommes discutent stratégie pour encerclé cette pauvre bête . Si je le pouvais , je lancerais un pari , à savoir qui du batracien ou de ses fervent croyants va gagner la partie ! Vous voulez savoir qui a gagner Finalement ?

Notre bon tonton se prend les pieds dans une racine et se retrouve papatte en l'air , la robe de bure remonter sur la tête. Heureusement qu'il porte un pantalon l'ancien !

Pendant que l'homme se redresse sous les fous rires de son coéquipier , le petit déjeuner se fait la malle ! Ho je vous le dit des réveils comme ça , ça vous met un doudou de bonne humeur pour la journée !

Et la question , Finalement on aura quoi au petit déjeuner ce matin ? Et bien on aura des algues . Heureusement que parmi nous l'on as des gens douer pour la survie !

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Le jour ou j'ai appris à volé ...

Nous avions quittez les marais pour entrée dans une profonde forêt . Le soleil était au rendez vous , hormis un léger vent le cadre était très agréable.

Ma douce korowai allait ici et là jouant à cache avec son pèlerin , à moins que cela soit encore un jeu auquel je ne comprend pas les règles ...

Les hommes qui voyageais avec l'oncle était partis chacun de leur coté , un seul mot d'ordre "Détente" . Notre périple dans les marais les avaient pas mal épuisés.

Tonton jouait avec sa radio tentant de capter des survivants , depuis quelques jours il dialoguait avec une jeune femme , ce qui inquiétait ma koro , non pas que cette femme était une ennemie assoiffée de sang , mais elle était avant tout une femme !

Bref nous nous étions donc éloigné du groupe . Vacant chacun à une occupation futile , quand ma petite koro et moi tombions nez à nez avec une créature , majestueuse et pourtant si mignonne !

Enfin c'est le terme qu'employa ma koro quand on vis un faon ...



L'animal ne semblait pas effrayer le moins du monde ... Sans doute étions nous les premiers hommes qu'il croisait , en tout cas c'était son jour de chance , personne ne le tuerait aujourd'hui ! Et puis il n'y aurait pas eu grand chose à manger dessus !

On fut rejoint par son chevalier qui vint saisir par les hanches ma petite koro sans nul mot pour ne pas effrayer l'animal , puis il l'enlaça me faisant un câlin à moi aussi au passage .

Il se mit à lui susurrer des mots à l'oreille , j'ignore ce qu'il voulais mais ma koro se remit en route le suivant vers la grande plaine ...



Qui aurais pensé que de tel endroit existe encore après ce qui été arrivé à la planète ...

Bref après avoir vérifié qu'il n'était pas suivit l'homme emporta ma koro la décollant du sol , et pour une fois j'étais du voyage !

Enfin pour voyagé j'ai voyager , dés qu'il ma vu il m'a mordu à l'oreille avant de me projeter dans les airs !

Ses humains on vraiment des comportements étranges parfois ! Dans mon malheur j'ai eu de la chance , un buisson a amorti ma chute , le souci c'est que j'avais la tête à l'envers et ne voyais plus ma koro . Enfin je l'entendais rire c'est qu'elle allais bien ...

Le soleil avait bien poursuivit sa course quand l'on fut rejoins par les autres pèlerins . Le muet me libéra de mon inconfortable position me tenant par la patte. Et c'est dans un campement de fortune qu'il me conduisit , me déposant délicatement prés du feu , korowai et mon bourreau regagna le campement bien plus tard dans la nuit. Je repris ma place dans son corset , afin d'écouter avec eux les ordres du grand Chef .

C'est une journée encore bien étrange qui venait de se dérouler ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Le jour ou j'ai cru qu'on allait baigner dans le sang.

Moi pauvre doudou j'ai vécu la scène au plus proche de son cœur . Ce jour la il faisait beau. Tout allais bien au campement pas une once de tension ou nuage à l'horizon ...

J'étais confortablement installé dans le bustier de Korowai au coin du feu , me faisant doucement à l'idée que mon petit bout de femme s'était amouracher du beau gosse de service .

Quand tout à coup un sursaut me sortis de ma rêverie , ma koro s'était levè d'un bond scrutant l'horizon tendit que l'oncle était déjà radio en main tentant de prendre la température comme il aimait le dire ...

Le cœur de ma koro se mis a accélérer , surtout quand elle entendit les mots "Femmes qui approchaient du campement."

Elle ne tarda pas à avertir son oncle que si elles approchaient trop prés de son "précieux" , elles ne passeraient pas la nuit. Mais il n'écoutat point et les invita à nous rejoindre , pire encore il partageait les vivres avec elles.

Bien sure ma korowai ne leur pipa mot , mais si à l'extérieur elle paraissait calme et détendu , à l’intérieur c'était une vrai bombe à retardement !



Elle devenait carrément dingo , son sang bouillonnait de jalousie , il ne manquait plus que l'une d'entre elle n'ose ne serait ce que regarder son pélerin pour que sa lame finisse comme par enchantement dans le cœur de cette dernière !

Ho ma koro était la douceur même d'ordinaire , mais comme le lui avait si bien fait remarquer l'homme à la radio , ma petite koro souffrait d'un mal bien connu des scientifique dit de "gynophobie" d'ordinaire réserver aux hommes. Pourquoi me direz-vous ? Je pense qu'elle même l'ignore , mais si voulez mon avis , Korowai manques de confiance en elle , elles les voient comme des rivales puis c'est leur façon d'être en générale qui doit l'exaspérée ...

Soudain l'oncle annonces que la "femme squelette et ses amis" comme ma koro l’appelle vont s'incruster un petit peu le temps de reprendre des forces , parce que comme si leur présence ne suffisait pas , elles allaient en plus piller le fruit de leur labeur .

Ma Korowai se blottit d'avantage contre son pélerin , elle saisit ses bras qu'elle vint plaquer contre elle serrant doucement ses mains sur les siennes , était ce pour montrer aux autres que l'homme était à elle ? Ou alors avait-elle froid ? Ou était ce tout simplement pour que ce dernier la retienne au cas ou l'envie de faire de la purée de cervelle féminine lui prenait , lui rappelant que le cannibalisme n'est pas si mal vu dans certaine tribu d’Indonésie !

Le cœur de ma koro s’emballait de plus en plus au fil de la conversation , si bien que j’eus peur qu'elle soit prise d'une attaque quand elle nous fit un burn-out dans les bras de son amant .

Ne vous inquiétez pas cher lecteur de mes pensées les plus profondes , Korowai va bien , l'homme va prendre soin d'elle , et faire redescendre cette tension en un rien de temps , il est douer pour cela ! Enfin il fera cela quand elle se réveillera !

Pour ma part je vais gardez un œil ouvert au cas ou ces jeunes femmes tentent quelque chose ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


La dure réalité , confrontation avec la mort !

Korowai allais mieux , son pèlerin avait sue la calmer , elle était même devenu gentille avec la jeune fille aux cheveux blanc , mais ce fut de courte durée ...

Un motard avait rejoins les pèlerins , il semblait plutôt charmeur et gentleman malgré les apparences , son seul défaut était qu'il avait pris l’habitude de manger de la chair humaine , habitude que l'oncle lui fit cesser rapidement.

Jusque là tout allait plutôt bien , il marchait tranquillement dans les plaines quand l'oncle pris une terrible décision , tuer un zombie cannibale pour lui reprendre sa communauté qu'il garder jalousement , tuer un homme ! Ou monter une nouvelle communauté afin de passer l'hiver tranquille .

Bien sure ma koro voulais qu'on laisse ce pauvre homme en paix , même si c'était un zombie , mais non ! quand tonton à une idée en tête il ne l'a pas ailleurs . Alors il pris parti de faire un vote , dont il intégra la jeune fille au cheveux blancs , et là ce fut le drame !!

Tous sans exception voulais la mort de cet homme sauf l'oncle qui se gardait le droit de faire pencher la balance en cas d'égalité et pourquoi ? Pour rien du tout car finalement sa communauté n'était qu'un vieux taudis délabrer ...



Korowai fut profondément effondré par cet acte de cruauté , ce n'est pas pour la personne , cela aurait été la vieille peau nymphomane ça n'aurais rien changer à la donne , non c'était l'acte gratuit , tué cet homme était selon elle pas nécessaire !

Elle crachat son venin sur la jeune fille , puis sur tout les autres avant de se renfermer sur elle même , en me prenant avec elle .

Ce soir elle aurais eu besoin de son pélerin pour la soutenir , mais l'homme l'avais abandonnée se rangeant de l'avis des autres , et durant tout le temps ou Korowai crachait sa colère , il était parti la laissant seule avec son sentiment de trahison et tristesse !

Elle passa la nuit à pleurer sur mon petit corps qui absorbait chacune de ses larmes , je serais toujours là pour ma petite Korowai. L'oncle et les autres ne le savaient pas mais ce meurtre était le premier de toute son existence , le premier de mon existence !

Ma koro finit par se refermer telle une huitre , devenant muette aux fils de ses larmes qui s’asséchait , et même le retour de son pèlerin n'allais rien changer ce soir ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Quand les ténèbres ont pris possessions de ma Korowai ...

https://www.youtube.com/watch?v=aQkp988B25k

Elle s’était isoler dans un coin de cette communauté de fortune pour élever sa voix au ciel , ce chant qui trainait dans sa tête depuis son enfance . Elle en ignorais la signification mais chantonnais quand son cœur avait besoin de réconfort.

Ce jour là Korowai c'était présenté à de nombreuse personne , et excuser auprès des femmes , j'ignore si elle le pensait vraiment ma petite misogyne mais en ce jour elle semblait différente ...

Son sourire avait disparu , sa joie de vivre aussi , Le zombie était mort , elle avait veillé son corps entament de vieille prière indonésienne , Les derniers événements avaient mis un coup de blues à ma koro mais le pire allait venir .

Son âme fragile faisait doucement le deuil , jusqu’à ce qu'elle eue une communication qui vint lui porter le coup fatal. Son jeune contact du sud était en très mauvaise posture , déguisant à peine un adieu dans ses mots . Il semblait lui dire qu'il ne passerait pas la nuit ...

Pas une larme sur le visage de ma douce korowai , elle semblait choquer , s'en était trop pour elle , elle se mit à chanter , déconnecter de la réalité , nul n'aurait pue la sortir de cette trans , ce sanctuaire qu'elle s'était forgé ... Moi dans tout cela j’assistais à la scène bien loti dans son corset ne pouvant rien faire .

Sa voix retentissait dans toute la communauté , et contrairement à ce que l'on aurait pue pensée elle avait une voix cristalline et chantait juste , surement l'un de ses talents cachés.

Au bout de quatres bonnes minutes , le silence prit place , un silence pesant , ma petite koro était alors éteinte le regard vide .

elle baissa la tête comme lasse de lutter , résigné a perdre un être qui lui était devenu cher , même si elle ne connaissait que sa voix ... Son regard se posa sur moi , je compatissait en silence à sa douleur. Elle me sorti de son corset et m'enlaça silencieuse avant de se mettre en position fœtale dans un coin et de fermer les yeux ...


Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Et si il y avait un avenir !

Ma petit korowai était rester comme inerte de nombreuses heures à attendre , attendre un signe , attendre un changement , attendre que le soleil ce lève sur un nouveau jour ...

Ses larmes maintenant sèche avait laisser place à deux yeux rouge de tristesse , autour d'elle s'affairait telle des fourmis ses compagnons de fortune. Ils montait des bâtiments si vite que cela lui rappela l'histoire des trois petits cochons . En tout cas l'on ne pouvait pas leur reprocher d'être inefficace ...

Elle se redressa silencieuse et parcouru les différents bâtiments , finalement ce n'était que des murs de tôle , pas étonnant qu’ils montaient ça si rapidement !

Mais un peu plus loin un bâtiment , une terre cultivable attira son attention . Comment pouvait on trouvez ce genre de chose après ce qui était arriver au monde .

J'ignore comment mais c'était la ! Des animaux parqués , buvant de l'eau et broutant de l'herbe pour nous donner du bon lait ! Peut importe d’où il venait , les animaux avait survécus , nous avions de l'eau , un avenir était possible !

Korowai resta plusieurs jour dans son mutisme venant chercher du réconfort en observant les animaux , exécutant ses corvées dans un silence pesant . Alors qu'une fois encore ma Korowai était perdu dans ses pensées accoudée à la barrière du pâturage , la radio ce mis à grésiller.

Elle tenta de régler la fréquence , cela venait de son contact du sud , elle n'y croyais plus , mais c'était bien lui à l'autre bout , il lui annonça qu'il avait réussit à passer au travers du filet de ses bourreaux et qu'il allait peut être dans un futur prochain venir avec ses compagnons trainer dans leur secteur . Cela ravie ma douce Korowai qui sourit , malheureusement elle n'arriva point à sortir un mot à son ami !

Elle si essaya pourtant , mais abandonna bien vite baissant la tête , Sa voix reviendra ...

C'est alors que l'on vient lui confier le devoir de faire la diplomatie , elle gesticula dans tout les sens cherchant à faire comprendre que sa voix avait disparu , mais non , elle demeura une diplomate muette , on aurait tout vu mais il y avait mieux , l'ingénieur ne savait même pas lire une notice , quand à la comptable l'on se demandait encore si elle savait compter ... La fine équipe en soi !!

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Un réveil dans le brouillard !

Chacun n'avait pas eu d'autre choix que d'assumer leur rôles , chacun devaient mettre sa petite contribution au bon fonctionnement de cette communauté qui ne cessait de s'agrandir !

C'est donc sur le toit du théâtre armé d'une radio que Korowai s'était réfugier.
La nuit était tomber , tout semblait calme , le ciel dégager , de belles étoiles dans le ciel et le doux son des vagues s'échouant sur les murs de la communauté qui nous berçait.

Bref tout était parfait , jusqu'à ce que Koro ce mis à trembler au petit matin , avait-elle peur ou froid ? La deuxième était malheureusement la bonne réponse ...

L'on ne voyais plus grand chose à par des arbres noyés dans un épais brouillard accompagner d'un froid revigorant !



Ha puis j'allais oublié nos deux héros du jour ! Revenus bredouille de la forêt avoisinante , en même temps envoyer un vieux croulant et un mec incapable de différencier le Graal d'un bocal un anchois , faut déjà s'estimer heureux de les voir revenir en vie ...

Enfin je ne suis qu'un doudou médisant , si je n'avais pas fait une erreur de manipulation lors de mon voyage astrale je ne serait pas ou j'en suis , même si je doit avouer que me balader entre les seins de ma jolie rousse n'est pas désagréable !

Bref assez parler de moi , je disais donc , nos deux héros de retour nous racontant leur péripéties , croyez moi ça valait le détour ! D'ailleurs je vais faire travailler ma mémoire et vous en faire profité ça donnait un truc comme ça ...

"C’était un doux matin, un de ceux ou l'odeur de la nature pouvait presque se faire sentir au milieu de la décharge nucléaire qu’était devenu le monde.
Une brise marine furtive, qui rappelait à notre héro les côtes de son Pays de Galles natal.
Le cœur emplit de fierté, il se sentait investit d'une mission, pour une fois, il se sentait important.
Faisant ses adieux a sa douce louve aux cheveux de lumière, il se dirigea vers les portes de la forteresse accompagné de Papy .
La route ne serait pas longue, mais qui sait quels dangers pouvaient les guetter.

Quelques mètres parcourus à peine, voila que Papy, qui jusque là réussissait à marcher correctement sans canne ni déambulateur, était pris d'une envie pressante.

- Allé Papy, courage, on est presque arrivés, on va pas s’arrêter maintenant, les bûcherons nous attendent !

Difficile de faire entendre raison à un homme qui a tant vécu dans sa vie...

La commission faite, les deux compagnons reprirent la route.

- Dis Papy, t'as pensé à prendre la carte ? Dans la forêt on risque de se pommer, j'connais pas bien les sentiers, tout c'qui est repérage tout ça... Moi franchement ça m'gonfle.

Papy , malgré son air sénile, avait pensé à s'équiper d'une carte, il l'a sorti se son caleçon, toute chiffonnée.
Le vieux n'arrivait cependant pas à lire le document, bien que portant ses lunettes. Cela devait faire un moment qu'elle n’était plus à sa vue, certains supposeront même qu'elle ne serve qu'à perfectionner son look...

- Alors Papy, ça vient cet itinéraire ? Faudrait pas qu'on passe la nuit dehors, les p'tites bêtes tout ça, j'suis pas trop en phase...
T’arrive pas à la lire p'tet ?
Moi j'saurais pas trop non plus, on m'a pas tellement appris a lire, en général j'demande a ma douce d'faire ça pour moi.
Mais bon, donne voir, p'tet que les dessins çà m'aidera !

Le document était froissé, humide, et dégageait une forte odeur rance. Le vieil homme s'en serait visiblement pour épancher ses secrétions naturelles, et cela ne datait pas d'hier.
Pourtant, notre héro n'en semblait pas incommodé.

- Alors voyons voir ça... Attend, moi, si je me souviens bien du coin, il y a un ruisseau qui passe en travers d'la forêt ! Là j'vois rien... Y z'ont pas due l'dessiner, après tout c'est qu'un p'tit ruisseau, je dirais, trois mètres de long pas plus. Bon ça va pas nous aider plus tout ça, m'enfin bon c’est un point de repère comme un autre !

Le Vieux semble assez dubitatif, a moins qu'il n'attende tout simplement, les yeux hagards. Pas facile a déterminer les expressions d'un vieux, les rides traversent son visage, la peau tombe, les yeux se plissent...

- Oh non, c'est ce genre de carte... J'vois des flèches partout, ça indique la gauche la droite, le nord le sud. C'est la merde Papy.

Notre héro affiche un air totalement désespérè, puis commence a s’énerver sur la carte.

- La gauche, la droite, moi j’aime pas ces trucs. Ces conneries de gauche et de droite ! Ça veut rien dire ces machins ! Selon comme on est tourné ça change tout !

Les deux compagnons semblaient alors perdus à l'orée des bois, ne sachant quel chemin emprunter pour se rendre à leur rendez vous. Cependant, le temps jouait contre eux en ces jours où le soleil avait tendance à se coucher plus tôt.
Frustré de n'entendre aucune réaction de la part de son compère artisan, le chevalier égaré sortit le nez de sa carte pour constater que le vieux s’enfonçait tranquillement dans les bois.

- Eeeeh attend, tu vas te perdre la dedans !

Le vieux traçait la route. Il était sourd, ou têtue, le fait est que jamais il n’écoutait quand notre héro le prévenait.
Mais son audace finit par payer. En effet, une fois dans la forêt, d’affreux râles de bonne femme se faisaient entendre.
Des gémissements rauques et assez glauques, laissant penser que la vie n'était pas très loin.
C'est en suivant ces bruits que les compagnons rejoignirent point relais. La taverne était délabrée depuis le départ des pèlerins. Laissée à l'abandon.

Regarde l'amis, y'a peut être encore quelques trucs sympas a becter la dedans, on devrait entrer en attendant que les bucherons débarquent avec le bois !

Quand ils poussèrent la porte du bâtiment, ils découvrirent une pièce sombre, dégageant une odeur putride. L'odeur que malheureusement dans ces terres, ravagées par la haine et la corruption, on sent trop souvent. L'odeur de la mort.
Deux cadavres gisaient dans la pièce, leur chairs détachées de leurs os.
Non loin des corps, la source des gémissements. Jeanette avait pris possession des lieux, et était en train de tranquillement se gougnotter après un copieux repas à l'ombre du bâtiment.
La vue de la femme, culotte baissée, en train de se caresser, éveilla l'instinct animal de Papy , dont les bourses étaient pleines depuis trop longtemps.

Malgré quelques tentatives de mise en garde , Papy , dans un élan d'érotisme, s'unit à la vieille sorcière déshumanisée dans une orgie bestiale, dont les cris d'extase et de douleur retentissaient jusqu'au toit de la communautés, où s’était réfugié notre héro afin de ne pas être témoin de ce sordide spectacle.
Cependant, du haut de son perchoir, Le chevalier put apercevoir que les bucherons étaient loin du point de rendez vous, et semblaient s'organiser en plusieurs petits groupes.
Les tactiques militaires et tout ça, ça dépassait largement notre héro, qui n'avait jamais compris la dimension stratégique de l'art de la guerre. Lui sa spécialité c’était l'esquive, un art qu'il avait même réussit a personnaliser afin d'en faire une arme redoutable.

La nuit commençait a tomber, Jeanette, malgré son âme corrompue, avait proposé le gite aux compagnons, qui de toutes façons ne seraient pas sortit du bâtiment dans le cas contraire.
C'est d'un seul œil que s'endormit notre héro, craignant que la harpie qui partageait leur couche ne le dévore dans la nuit.

Au lendemain, le brouillard s'était levé, et on y voyait plus rien à deux mètres à la ronde.

- Malédiction ! Papy réveille toi !

Le vieux assoupi, semblait soulagé d'avoir tringlé la Jeanette. Il semblait remplis d'une vigueur nouvelle, prêt a vivre dix ans de plus.

- Ta copine, la harpie, elle a disparue et voila que la brume envahis les lieux...
Bon j'vais voir dehors, aussi bien elle est sortie se rafraichir un peu. Faut dire que tu lui a pas trop laissé de répits depuis qu'on est arrivé, hein !

Dehors, la brume était dense, un silence total régnait.
Cependant, des silhouettes se dessinaient au travers de l’épais brouillard.
Au même moment, la radio se mit a émettre.
C’était la voix du curé, il semblait énervé.
Le message était clair, les bucherons ne seraient pas au point de rendez vous avant un moment.
Comme à son habitude notre héro ne comprit pas un fichtre mot, mais le vieux était sorti lui aussi, et prit ses jambes à son cou dés l'intervention du cureton à la radio.

- B'attend Papy, on reste pas tailler une bavette avec les gars qui approchent ?
Décidément, j'comprend plus rien moi ici. Y'a qu'a rentrer.

De retour à la forteresse, notre héro , qui n'aimait pas revenir bredouille de ses aventures, mais qui malheureusement attirait souvent la poisse sur lui, se mit a improviser un récit, comme à son habitude.

Ce récit racontait alors comment Le chevalier Gaulois et son vieux compagnon avaient chassés la sorcière du point relais grâce à un corps a corps ardu entre elle et Papy et furent ainsi accueillis en héros."


La journée bien qu'embrumer avait poursuivit sa course , ne perturbant personne finalement . Enfin ça c'est ce que l'on croyais jusqu’à ce que l'on entendent des tensions.

Le groupe des bâtisseurs , voulait plus de réserve , plus de garantie , excéder , l'administrateur de la communauté voulait les punir en les mettant à la diète , d'autre voulait les tuer pour les mangers , pourquoi eux devrait il se rationner alors que les autres non ! Tout ça pour un mal entendu !

Ha une belle journée en perspective quoi ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


La rencontre de la hyène et la guêpe face à korowai ...

Korowai prenait son rôle de diplomate très au sérieux finalement , mais elle était loin de ce douter qu'elle devrait faire face à ce genre d'interlocuteur .

Tout avait bien commencé , elle connaissait bien l'homme qu'elle avait à l'autre bout des ondes , depuis le temps qu'il se parlait ... Mais tout vint se gâté à l'arrivée de la fameuse guêpe .

Une jeune fille qui se prenait pour le centre du monde dénuer d’éducation ... Tout ce que Korowai détestait , la jeune fille passait son temps à provoquer ma petite korowai et se faisait appeler par la dite hyène , la guêpe ... Sympa ses petits noms entre fille n'est ce pas ?

Enfin après quelques échange plus charmant les uns que les autres , la jeune guêpe en vint à faire des propositions graveleuses , à ce demander si pousser les gens à bout l'amusait . Offrir sa "petite culotte avec sa cyprine royal" ne sont pas des choses qui se font , puis cette air supérieur qu'elle se donnait .

Enfin d’après notre curé d'autre ont abandonné avec cette provocatrice tellement elle était insupportable , et ça ne m’étonne pas ...

Sinon la hyène , ha bah la hyène qui était en réalité sa cheftaine , elle semblait moins bavarde , mais pas mieux pour autant , elle ce qui l’intéressait c'était l'entrejambe de korowai !

D'ailleurs ma rouquine abandonna aussi ce contentant de reparler à son interlocuteur de départ , ce gentleman qui s'était retrouvé parmi elles on ne sais comment . Il faisait vraiment tache avec le tableau pour le coup !

Mais bon tonton va la dresser à coup de menace de fouet et discours interminable cette petite peste , il a les épaules moins fragile que ma koro ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Le temps des tensions et du changement ...

Haaa l'électricité ! C'était certain y'en avait toujours un peu , ma Korowai était comme ça à disjoncter à la moindre contrariété , ce n'était pas la première fois , mais pas la dernière non plus ...

Une fois encore on lui reprochait des choses , et une fois encore la rouquine au tempérament de feu avait pété un câble ! Rha maudit soit les taupes , sans elle le monde se porterais mieux ... Car c'est bien de cela dont il s'agissait une fois encore ...



Non pas le charmant petit animal aveugle que vous avez à l'esprit , mais belle et bien la vulgaire et méchante taupe qui gangrène un groupe de nomade ... Celle qui avait tenter de semer le trouble mais avait été démasqué à temps . Oui ! cette taupe !

Je disait donc , une taupe avait encore une fois réussit à provoquer un reproche à l'encontre de ma belle rousse , entrainant forcement un nouvel état de crise au sein du groupe de nomade.

Forcement , elle avait pris la défense de la dites taupe sans savoir qu'elle en était une , ce qui lui avait permis de prendre la fuite . Au jour d'aujourd'hui , je crois que si elle croisait cet animal , elle le planterais de son sabre sans sommation .

Enfin pour l'instant , elle le regrettait amèrement faisant mine que non pour préserver sa fierté , à ça elle était fière la rouquine ! Peut être même trop parfois ! Elle préféra une fois de plus se laisser emporter par une crise de colère plutôt que d'admettre ses tords.

C'est ainsi quelle se prit une nouvelle fois la tête avec Tomas , une fois n'est pas coutume comme on dit , mais cette fois elle lui rendit le poste de Diplomate , lui répondant que de toutes façon tout le monde le contactait en premier , c'était lui le meneur de groupe aux yeux du monde ...

Une fois fait , ma jeune rouquine alla se réfugier dans un coin se recroquevillant sur elle même et m’enlaçant avec tendresse .

La nuit porte conseil , elle se calmera ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Elle s'était calmer , mais ce ne fut que de courte durée ... Alors qu'elle était revenue à des idées plus joyeuses , se rapprochant du reste du groupe , elle se fit incendier par le motard .

Des reproches toujours des reproches , s'en était trop , le regard de Korowai s’assombrit dans ça tête c'était les ténèbres , la colère l'envahissait et elle ne la contrôlait plus ...



Néanmoins elle resta zen de l'extérieur totalement déconnecter , elle souhaita une bonne journée au vieil homme préférant repartir sur ses pas .

Puis elle alla se placer au coté de son bien aimé qui se zombifiait de plus en plus , il semblait meurtrie par l’après coup du crash , il ne s'en remettait pas , la ou d'autre avait vu une nouvelle vie , lui portait le deuil de l'ancienne ...

Korowai , le comprenais mais essayais de lutter de son coté , enfin cela c'était ce qu'elle vous aurais dit avant .

Elle se colla à lui silencieuse , bien décider à ne bouger que lorsque lui bougerais , et au vu des derniers événements ce ne serait pas demain la veille ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


La dure réalité ...

Voilà bien des lunes que plus rien ne bougeait ici , et je ne pensait pas être un jour si prés de la vérité . Ma petite Korowai restait prostrée dans un coin de notre belle communauté avec son aimé , moi j'étais posé sur le toit du théâtre observant tristement le sort de ses êtres pourtant si joyeux il y a encore quelques lunes ? Faut voir le bon coté des choses ici , je vois tout ... J'espère simplement qu'ils ne m'oublieront pas si un jour , ils venaient à reprendre la route ...

Les rares moments ou ma Koro sortait de sa léthargie s'était pour se chamailler avec le motard qui prenait un malin plaisir à s'en prendre à elle ... Il est bien loin le temps ou l'on gambadait à travers les marais , ou l'on dormais dans les arbres , et faisions des parties de cache-cache dans la prairie ...

Une fois de plus les dieux s'en prenait à nous , une fois de plus l'on allais avoir de nouvelles épreuves à passé ...

Nos meilleurs producteur étaient malades , plonger dans une zombinite qui allait certainement leur couté la vie , ne croyez pas pour autant que l'on allait tous finir dans le même état , nos rangs s'agrandissait encore et encore , de petit groupe , nous seront légions ...

Oui mais à quelle prix ? Au prix de notre indépendance , au prix de nos vies ... Il me manques le temps ou ma belle rouquine était pleine de joie de vivre , à présent j'ai l'impression qu'elle attend son heure , se redonnant un peu de souffle de vie avec ses ébats dans les bras de son prince ...

Tout le reste de la communauté s'affaire ici et là , les bâtiments continue de s'élever au ciel , de nouvelle tente de fortune pour nos nouvelles recrues fleurissait ici et là .



Pour peu je me serais cru de retour dans mon village natale ... Derrière les remparts , des visiteurs qui ne semblent guère être actif ...

La vie en communauté , moi qui pensait l'avoir quitter pour toujours , je craint aujourd'hui devoir m'y faire et cela me fait peur ...

Et s'il finissait par tous s'entretuer ... Finalement avoir caché mon âme dans cette peluche me sauvera peut être la vie , si seulement je pouvait réalisé le transfert pour nos autres compagnons , cette maladie cesserait peut être de les rongés ... Bientôt il ne seront plus que souvenir ... Je les garderaient en mémoire ... Comme le trio zombie, ou comme ma petite Korowai aimait les appelés , Le muet , le Bizarre et l'allemand ...



Malheureusement j'en suis bien incapable , il faudrait déjà que je trouve un corps en bon état capable de me recevoir , et au vu des derniers événement je craint fortement qu'une naissance pointe le bout de son nez ...

Quoique ... Quand je vois les couples de cette communauté , il se pourrais bien ...

Korowai

A travers les yeux de Doudou.


Balade nocturne ...

J'étais tranquillement sur mon toit à observer les changements d'humeurs du peuple d'en bas quand un épais brouillard fit son apparition , en bas ils s'agitaient ,comme si ses nuages étaient un mauvais présage ...

Même ma Korowai suivait le mouvement en mode zombie , ce mouvement était étrange d’ailleurs , elle vint me récupérer sur le toit , elle semblait préoccupé.

Plusieurs heure à les regarder courir partout telles des fourmis , il était l'heure , le paquetage était prêt , nous partions enfin à travers les dunes ...



Le brouillard c'était levé , laissant place à un coucher de soleil sublime ... Nous établiront notre campement plus tard dans la nuit .

Sur la route nos compagnons imitait ma koro qui s’entraînait à titre préventif aux art martiaux , finalement ses années au couvent lui avait servit à quelques chose.

Certains ne se débrouillaient pas trop mal , même si chacun faisait de son mieux , le tableau était assez risible...

Ma petit princesse semblais souffrir , elle voulais s'éloigné allez voir si l'herbe était plus verte ailleurs , mais l'on lui imposa de rester au titre de formation encore a faire avant d'être libérer de ses engagements ! Elle accepta et alla se coucher l'esprit plus ... Serein .

Puis sans vraiment comprendre ce qui se tramais un matin , ils se leva plus tôt , s'éloignant d'abord de ma koro , comme si ils préparaient un mauvais coup ... La pauvre enfant n'eue même pas le temps de comprendre pourquoi ...

Le prêtre donna l'ordre , ma belle rouquine fut abattu sans somation , au moins n'aura t'elle pas souffert , j'aurais voulu rester à ses cotés mais l'on m'arracha a elle et ce qu'il fit de son corps mieux ne vaut pas que je vous le décrive , ce sont des monstres ...