La vie en rose

Chapitre débuté par Asia

Chapitre concerne : légion_ougandaise, Les rednecks acolytes, asia,


L'instant présent, y a que ça qui compte.

Rien à branler du reste. Des raisons. Des conséquences. Du pourquoi et du comment.
Des préparatifs de combat. Des jeux de dupes radiophoniques.
Du jetage de gant à la figure. Détruk2tarlouze.
De ta cuite mémorable de la veille.
Même de ton touche-pipi avec ta supairkopine Mira.

Non, vraiment, sérieux, sans blague, le seul truc qui compte c'est ce moment précis.

Celui-là.
Où la lame de ton beau sabre de pirate vient sectionner sec une jambe rose et noire.
Ou noire et rose. Va savoir.

Ce moment où un négro part dans une chute free-style et se vautre comme un clown Pinder.
Son feutre melon rose lui aussi vole dans la nuit étoilée.

Pas le temps de le finir que ton pote Nick vient lui loger un pieu taille XXL dans le nombril, histoire d'aller lui travailler un peu le transit intestinal.
Y a une flopée d'injures dans un rital approximatif qui fuse entre deux râles d'agonie.
C'est champêtre. Largement de quoi te mettre une banane d'enfer sur le visage.

Le reste du spectacle est pour le moins chaotique.
Ca court dans tout les sens. Le renard a mis un beau bordel dans le poulaillier, pour sur.
On en voit qui commencent à détaler comme le ferait un anar esseulé devant une troupe de fachos prêt à en découdre.
Et si y avait pas tout ce boucan, on pourrait même l'entendre lâcher des séries de petits pets. La peur à réaction.

Y a pas à chier, c'est un magnifique massacre en réunion.

Asia prend tellement son pied qu'elle en a du mal à se choisir une cible. C'est comme au carnaval. Comme un bambin devant le rayon jouet. Incapable de poser son choix. Un délice cornélien.

Alors elle y va un peu alazob.
Balance son bras sur ce qu'elle peut. Rate beaucoup. Touche parfois.
Mais jamais mortellement. Comme un chat, elle veut prolonger le plaisir.

Elle se permet même un petit jeu d'adresse en remisant son sabre un instant, pour le remplacer par un cadavre de bière tout juste descendu.
Son projectile vient rencontrer la tête d'un fragile avec une barbe de fiotte.
La bouteille explose à l'impact, dans un bruit caractéristique de verre brisé et de crâne fendu.

La petite tordue s'en donne vraiment à coeur joie dans cette cruelle tarantelle.
A chaque nouvelle exaction, elle rigole de plus belle.
Encourageant de vive-voix (elle braille) ses partenaires de crime à se lâcher eux aussi.

Pour certains, il n'y a pas vraiment besoin d'un tel support.
Nick a l'air dans son élément lui aussi.
Une telle communion, ça fait chaud au coeur.
Pour la cohésion de groupe, c'est quand même plus efficace qu'une partie de Uno près d'un feu de camp.
Yapafoto!


Le lendemain matin, une fois la pression retombée, on pourra la trouver coiffée du fameux chapeau rose. Occupée à lancer de petits morceaux de viande humaine à la mascotte de la troupe : Un fennec trop choupi.

Quelle belle image que ce petit canidé en train de mastiquer, avec un plaisir tout animal, une verge de nègre fraichement découpée.

#trodrole
#tromignon
#tuladanlefion

 

Nick avait fumé ça dose d’opium. S’était la troisième prise,  mais l’effet de soulagement, de plénitude et de protection n’était plus la… Bien au contraire !
ça a commencé par quelques démangeaisons mixées avec des sueurs. Rapidement les spasmes abdominaux se sont manifestés, de plus en plus violents. Les vomissements n’ont pas arrangé les choses…
C’est une évidence, Nick est en Bad Trip.

Allongé sur le toit du bâtiment principal, Il tourne difficilement la tête vers les montagnes ou campe son nouveau voisin Odergie. Le regard vitreux de l’italien en dit long sur ses intensions. Il murmure…


-"Poutain dé fils dé poutes…"

Nick rumine les derniers échange avec le groupe de montagnards, il mimait maladroitement les quelques phrases qu’il avait retenu.

- « Gérant dé cimetière », « et pouis on ramassera vos miettes » « vous représentez comme oune con notoire, ou quelqué chose d'approchante ! »


Se levant tout suintant, le camé semble prendre conscience que cet Odergie était clairement une menace pour leur groupe de survivant !

Il n’en fallu pas plus pour motiver le groupe, distribuer quelques bières, monter dans la 2CV et filer vers ces putains de montagnes !

Il n’avait pas arrêté le moteur que la petite Asia était déjà entrain d’escalader la coline, le sabre entre les dents !


-« Poutain d’égoïste ! »

Nick se met a courir, tentant de rattraper son retard. Pas facile dans son état ! les poumons en feu, le souffle sacadé, le chaud de l’effort qui se fond avec le froid des sueurs !
Il lève les yeux en direction d’Asia qui semblait armer son sabre.


- « Asia !! Avant dé jouer... Il serait ...bien qué ...tou laisse... oune adulte discou… »

Pas le temps de finir sa phrase que la jambe d’odergie vole en l’air, tranchée nette! Ça rasssure Nick, Odergie pourra encore parler. L’italien, prends le lead de l’opération, pousse gentiment la jeune fille et vint embrocher le grand black avec sa barre à mine !


Un genou a terre, L’italien tape sans interruption l’unijambiste rose au rythme des mots qu’il prononce, en prenant soin de ne pas abimer sa tête !

« Ciao ! C’est lé poutain dé CON notoire ! Tou sait ? lé gérant dé cimetière ! on vient ramasser vos miettes avant qué vous les filiez au cé chien dé Alex ! »

La dernière phrase était un peu longue, Nick se malaxe douloureusement le poigné,  laissant un sursis à sa victime pour répondre…

La petite boulle de poils roux ronflait paisiblement quand Asia et Nick vinrent la réveiller. Fennec ne savait pas ce qu’ils avaient mit dans sa pâté, mais ses pattes se mire à vibrer. Il avait soudainement une « super patate » et il avait très envie de bouger. Par réflexe de meute, il suivit le groupe à travers le desert et les hautes montages, tout content d’être invité à une promenade.
Quand ils arrivèrent au sommet de la montagne tout ce passa très vite Un des backs qui y campait, intrigué de voir arrivé une gamine, tombât au sol, la jambe sectionnée d’un coup de sable, un autre vomissait déjà ses tripes, le pieu du Rital dans le bide, les autres tombaient comme des mouches sous les traits mortelle de la belle brune.
Fennec comprit alors le but de la balade, et bondit sur un des black en le chopant au couilles. Le bougre hurlât sous la morsure des petits crocs acérés, vacilla et chuta en s’empalant sur la lance de Fennec, qui tira sur les bourses jusqu’a se qu’elles se détachent.
Deja les autre taillent dans la baraque. Y’a des vivres pour tenir de lunes. Ils appellent Fennec et lui attache un petit traineau bien chargée de bouffe fraiche.
La gamine approche de Fennec, lui donne une belle verge à mâchonner et lui montre dans la vallée le campement: - Takahalela choupi! « dit » elle …
Au ordre de la gamine super Cool, Fennec fonce et dévale la montagne avec son traineau. On lui fit une super fête quand il arriva tout fière au campement. Il y avait à bouffer pour tout le monde ! Il était presque un héros !