L'inconnue c'est moi, l'inconnu c'est toi, l'inconnu c'est nous.....

Chapitre débuté par Antara

Chapitre concerne : , Antara, ,

Qui suis-je ? Disons plutôt qu'est ce que je suis exactement ? Je ne suis pas animal, je ne suis pas humaine. En fait je suis le fruit d'un mélange en éprouvette. Un mélange scientifique. Je suis née dans un laboratoire souterrain, lourdement et jalousement gardé. Je suis née plus animal qu'humain. On m'a nommé Antara.



Je progresse très vite tant au niveau croissance, qu'au niveau intellectuel mais pas comme les humains. J'apprends à connaître mes pouvoirs que me confère les mélanges reçus.

J'ai beaucoup des reptiles, dont ma langue. Je m'en sers pour analyser ce qui m'entoure. Grâce à mes babilles d'enfants, au cours d’une rencontre, je sais à quelle espèce j'ai à affaire, son sexe, son statut social et si c’est une proie ou non. Cette analyse approfondie provient de mon organe voméro-nasal.

Je ressemble de plus en plus à un humain au niveau visage mais pas au niveau corps. Je me forme très vite. Je suis bien traitée, je n'ai pas à me plaindre. J'évolue dans une ambiance douce et sereine malgré les contrôles qui ne cessent jamais mais j'ai l'habitude. Aucune agressivité de ma part, ni de celle des laborantins.



Je deviens très vite adulte et avec ça les hormones qui me titillent. Je garde une voix enfantine, je reste une enfant de dix ans mentalement

mais mon corps est bien celle d'une mi-femme, mi-animal. John qui s'occupe de moi avec sa femme succombe à mon charme ou plutôt à mon hypnotisme et se laisse happer par mon envie de sexe.

Ma jouissance est telle que des ailes me poussent dans le dos, je suis tout simplement..... sublime.

J'ai la faculté de communiquer par télépathie que ça soit avec les humains qu'avec les animaux. J'ai un faible pour les chats que je comprends sans avoir besoin de leur parler.

Il y en a un justement au laboratoire, ils l'ont appelés Samson et l'ai souvent avec moi. C'est mon ami.

Un jour la langue de sortie de hume l'air. Je sens un danger arriver très vite.



Je ne sais pas ce que c'est mais la terre tremble déjà et ça vient vite. Déjà tous les ordinateurs déconnent et tout s'arrête. Plus d'électricité, plus rien et un grand fracas. J'ai juste le temps de récupérer Samson et de courir très vite à l'extérieur et d'aller me protéger avec le chat dans une grotte non loin.



Je m'évanouis et lorsque je ressors de la grotte, c'est l'apocalypse. Je ne reconnais plus rien de ce que j'avais vu quand je suis sortie du laboratoire. Je ne le vois plus. Il y a des gravas et des morts. Ca sent mauvais, ça sent la mort. Lorsque je vois une personne qui souffre je m'accroupis je le regarde en bougeant ma tête en tout sens et je lui fais entendre un ultra son. Si puissant qu'il lui fait éclater la tête. Il ne souffrira plus. Je souris et je tiens fort mon chat et ma poupée.

Je me mets à marcher, sans but, sans raison, je me plais à sentir un autre air, de voir de nouveau paysage. Je ne sais pas où je vais et je m'en fous je veux juste me promener. Je souris bêtement, je me repose quand je n'en peux plus mais la faim ne tarde pas à venir me titiller. Je regarde partout mais je ne vois rien à manger. Je soupire et je vois au loin une personne qui vient de tomber, l'autre se met à courir. Je ne sais pas ce qui se passe mais je décide d'aller voir.

Je m'approche et c'est une femelle. Je m'accroupis et elle donne son dernier soupire. Je la touche, elle est chaude. Je regarde partout autour de moi et je plonge mes ongles dans son ventre. Je récupère de la bonne chair que je me mets à manger avec bon appétit.

Je me retourne entendant un bruit.



Mon regard fixe le nouvel individu.



L'être venu d'ailleurs , celui venu de si loin dans la galaxie
continua son chemin dans le désert et vers son destin fit sa vie.
planouillant à vitesse de croisière en tailleur décontracté, il profita de cette longue route solitaire pour faire les réglages de son traducteur récalcitrant


Mais alors qu'il semblait enfin satisfait, un mouvement sur l'horizon attira l'attention de l'un de ses yeux qui suivit cette forme élancée poindre sur la ligne de l'inconnu terrestre. comme un présage d'enfin pouvoir renouer avec l'espèce humaine et enfin l'espérait il pouvoir nouer un contact durable et constructif avec cette engeance rustique.

Mais passer par une phase d'étude et d'observation avant toutes choses ou entreprise s’avérerait certainement profitable Et Zwerk espérait bien cette fois-ci être comprit quand il s'exprimerait en langue terrienne. Il suivit quelques kilomètres durant cette silhouette gracile déambulé sans azimut entre les dunes et les fourrés. A mesure qu'il s'approchait les proportions inédites de la morphologie de cette femme intriguèrent l'érudit a grosse trogne tout spécialement ses membres inférieurs qui ne ressemblaient pas à ceux qui portaient les quelques humains qu'il avait rencontré jusque ici. L'originalité de la nature sur ce coup là enthousiasma l'alien au plus au point.

Ne faisant strictement aucun bruit dans ses déplacements, ses yeux globuleux fixant son objectif il s'approcha plus encore de la créature étrange et l'observa plus en détails caché derrière un buisson... plus encore que l'absence de pelage sur le crane et le nombre doigts qu'elle avait à chaque mains, c'est la scissure crânienne et la morphologie hybride des jambes de cette femme qui fit clairement comprendre a l'extraterrestre qu'il était en présence d'un être hybridé ou génétiquement modifié. l'esprit critique du supra cerveau reconnu que ce n'était pas si mal fait en définitive ... la créature était également dotée d'une queue qui vraisemblablement servait autant de membre préhensile que d'organe expressif des humeurs et émotions vécue par cette chimère perdue dans le désert.

Quand elle se pencha au dessus d'un corps sans vie Zwerk commença à entrevoir un signe que ses ambitions allaient peut être connaître une profonde amélioration notoire.

Il épousseta son scaphandre et mit en marche son traducteur ... à quelques "pas" la femme étrange dut sentir la présence qui approchait derrière elle car elle cessa de s'alimenter dans la viande tiède pour afficher son minois pale et sang souriant

" Haak !Je viens en paix! hm .. bon appétit! je... Haak !" Zwerk se trouva un peu démuni face à la frimousse innocente et redoutable de cette créature attablée. La première tentative de rencontre spielbergesque n'avait pas été un franc succès, et vu qu'il était en présence d'autre chose qu'un humain, en fait …autant tenter une approche différente.. et improvisée. Le protocole stellaire avait foiré, tentons un truc spontané avec celle-ci. Après tout il émanait d'elle une forte animalité derrière l'évidente "intelligence", semblable a celle des humains.

L’œil gauche de Zwerk regardait les oscillations et les moindres frémissements du corps de cette créature composée et de son œil droit il lorgnait sur le cadavre humain qui avait déjà été desservi d'une bonne partie de son foie et de son coeur. La demoiselle avait faim assurément ... l'Alien constatait que l'estomac était une fois encore au centre des intérêts de l'humanité. La "bouffe" comme l'avait appelé Matan Ray en son temps était alors a n'en point douter un vecteur de sociabilisation ayant cours à leur niveau d'évolution. Zwerk en regrettait presque les interactions censitaires et sociétale de son propre peuple ... les besoins vitaux n'étant pas ce qui les préoccupaient le plus. Alors si l'humain pense et aime avec son ventre .. partageons sa pitance pour s'attirer sa sympathie.

"Vous permettez? ..."

l'alien vint se poser de l'autre coté du corps sans vie, face à la demoiselle échassiée. il rassembla son regard sur le repas un instant puis le releva sur la commensale et ajouta

"Je ne sais pas si c'était de notoriété terrestre et que vous étiez au courant mais La Terre était réputée pour la variété et l’exotisme Haak ! de ses ressources vivrières. Mon neveux Kfazhm, qui est grand Haak !explorateur de Haakak en ramena de l'une de ses nombreuses expéditions pour l'offrir au Haak !Grand Composteur Universel .. hrm .. Oui les fruits de mer n'ont pas supporté le voyage .. mais l'un de nos plus brillant proto-Alchimistes en fitHaak ! de l'excellent lubrifiant pour la machine a perdre son temps." Il marqua une pause et observa la jeune créature, se demandant si jusque là il n'avait pas été trop loin ... niveau complexité. Mais au moins celle-ci ne l'interrompait pas et c'était une excellente chose. Zwerk détestait déjà cette propension qu'avaient les humains a couper la parole à celui qui leur parlait ... il reprit donc satisfait d'être écouté si non entendu.

"Je n'ai par conséquent jamais Haak ! goûté la nourriture de cette planète. Mais maintenant que tout est Haak !anéantis et que cette biodiversité originelle n'est plus, il ne reste guère que Haak !le peuple indigène à déguster ... remarquez, vu qu'il ont été nourris des Haak !générations durant avec cette opulence et cette splendeur naturelle, leur chair doit probablement en être quelques peuHaak ! infusée..Imprégnée ... parfumée ...hm! je suis curieux de savoir quel goût ça a Hakk l'humain. Partageriez vous cette dépouille avec Haak moi?"

Je regarde le drôle de petit bonhomme dans sa bulle de verre et qui semble flotter dans les airs. Je bouge ma tête à droite, à gauche, plusieurs fois histoire d'analyser cet être inconnu. Il n'a rien à voir avec les humains que j'ai croisé. Il a une drôle de façon de parler aussi. C'est étonnant. Samson pousse des "pff" avec le dos rond et hérissé. Il n'a pas l'air de l'aimer beaucoup. Je caresse le chat et il se calme aussitôt reprenant son repas que je partage avec lui.

Je le laisse parler mais je ne comprends pas tout, loin de là mais pas grave. Je lui offre mon plus beau sourire.



Je suis dépourvue de méchanceté à la base et je remue la queue contente d'avoir un nouvel ami de jeu. Il a l'air d'avoir faim et le lui montre de la main, le cadavre déjà bien entamé. Je lui parle par télépathie.Je veux savoir s'il me comprend ou pas.

*Viens manger. Je partage. Moi c'est Antara et toi ? Tu voudras jouer avec moi après ?*

Je continue à manger de bon appétit arrachant des grands morceaux de l'humain, m'abreuvant de son sang, avec délice. Une fois bien mangé, je suce mes doigts un à un et me pourlèche les lèvres.

*J'ai bien mangé et toi tu as aimé ?*

Je l'observe en silence un bon moment.

*J'ai jamais vu un être comme toi, j'aimerais bien te toucher partout, voir comment t'es fait, tu veux bien ?*

Je lui souris à nouveau. Je suis curieuse de nature et j'ai envie de savoir de quoi il est fait. Je me servirais surement de ma langue pour savoir de quoi il s'agit. J'espère seulement qu'il acceptera de se laisser faire.

Quelle ne fut pas sa satisfaction de ne point entendre parler avec sa bouche mais bien communiquer avec les capacités de son esprits .... Zwerk ne s'attendait pas à cela et ce fut une excellente découverte. Assurément. Ses doigts fins dans leurs gants en frétillèrent d'excitation car ses soucis de communications, avec cette créature tout du moins, venaient d'être réduis à néant. Fini les emmerde de la barrière de la langue! enfin! Il éteignit avec soulagement ce foutu traducteur et répondit par le même canal mental à la voix douceâtre d'une adulte aux accents d'enfant.

*Ah grand merci! Comme il m'est fort aise de constater que vous savez communiquer de la plus délicate et parfaite manière qui soit! Et quant à .. heu ... "jouer" ... je ne suis pas certain de comprendre le sens de ce mot ... enfin dans ce qu'il signifie pour vous tout du moins... mais partons du constat que je suis ouvert aux découvertes et que je m'interesse à la sociabilisation de habitants de cette planète. Donc ... oui!*

Il enfila lentement l'un de ses doigts arachnéens dans une artère déchirée d'où suintaient les quelques dernières goûtes de sang encore liquide de ce corps sans vie. Roulant ainsi la vitae entre la pulpe de ses doigts examinateurs pour observer la viscosité de ce fluide carmin, Il fit l'estimation experte du taux de concentration en acide aminés, en glycol adipeux et merdum lymphatique contenus dans cette nourriture. Satisfait du résultat il lâcha un petit "Haak" d'approbation avant d'appuyer sur l'un des boutons sophistiqués du brassard de contrôle de sa combinaison.

Dans un petit bruit insectoïde, une sorte de tuyaux se terminant par un renflement ovoïde poussa du brassard et se dirigea telle une liane volubile vers la chair humaine. "L'oeuf" en tête s'entrouvrit comme le calice d'un bourgeon floral et laissa deviner une double rangée de petites dents acérées qui tournaient a grande vitesse concentriquement au coeur du calice mouvant. Etcomme si elle avait été elle même affamée et avide de connaître une nouvelle saveur, cette sonde étrange fusa et s'aboucha à la viande qu'elle pompa, et mixa pour parfaitement la liquéfier afin qu'elle remonte jusqu'à la combinaison. Zwerk observait avec concentration le travaille de sa petite sonde alimentaire. et une pipette apparut dans le scaphandre, juste devant le sourire éternel de l'alien.
il aspira le contenu de la pipette et roula des yeux de manière gourmande avant de commenter télépathiquement avec sa convive ce qu'il venait de goûter.

*Hm pas mal! Bon ça vaut pas le Melmacien farci mais c'est une saveur intéressante ... et puis bon coté nutriment c'est pas trop gras ...*

Quand ils eurent mangé (chacun à leur manière) il sembla y avoir un petit moment de blanc ..peut être était-ce la digestion qui commençait. Mais la curiosité des deux êtres reprit vite le dessus quand la jeune créature hybride demanda à faire l'expérience du contact physique avec le petit extraterrestre. Celui-ci marqua un temps de réflexion puis lui accorda le droit de vouloir savoir .. apres tout lui aussi voulait accroître l'étendu de ses connaissances.. et ce depuis toujours;il aurait bien mal avisé de refuser aux autres ce droit.

*Vous pouvez approcher et me regarder de plus prés, me toucher même si vous en éprouver le désire Antara, mais je ne pourrais pas retirer cette accoutrement qui me protège de l’atmosphère vicié et nauséabond de ce monde. A l'intérieur de ma combinaison je suis en sécurité ...*

Il mira le front fendu et les pieds originaux de son amie et pensant à toutes les expériences passionnantes et autres expérimentations d'études poussées qu'il aimerait faire sur cette créature unique, il ajouta:

* Moi aussi j'aimerai bien "jouer" avec vous ... quand vous aurez terminé...*


Je l'entends bien sans ouvrir la bouche et je lui souris mais je comprends rien à ce qu'il me dit. C'est bien trop compliqué. Je me contente de lui sourire béatement et de pencher ma tête à droite et à gauche comme une marionnette. Je caresse le chat pour le calmer quand il fait le dos rond en regardant le petit bonhomme la tête dans son bocal.

Je ne perds pas une miette de sa façon de faire pour analyser la nourriture et ensuite la manger, si on peut appeler ça comme ça. J'observe, j'analyse, j'essaye de ne rien rater et de comprendre surtout le fonctionnement de ce petit être si bizarre à mes yeux.

D'un coup je me mets à rire quand je vois cette espèce de bouche truffée de dents qui s'attaque à la viande putride. Je trouve ça terriblement rigolo.

*C'est marrant cette drôle de bouche là !!*

Il a l'air d'aimer ça et je reprends mon repas en arrachant des bouts de chair, en mâchant tout en souriant. Je fais autant de bruit qu'une grand mère qui mange une biscotte, c'est dire. Le chat en fait de même et une fois repue, je me mets en tailleur et je ne quitte pas des yeux le petit bonhomme. Je ne comprends toujours pas ce qu'il me raconte avec ses "nutriments" ou je sais pas quoi. Moi je ne comprends que les choses simples et terre à terre.

Par contre, je comprends bien quand il me dit que je peux m'approcher et le toucher. Je ne me fais pas prier. C'est avec mes quatre doigts de chaque main que je le touche tout d'abord. Mes yeux me permettent d'enregistrer mes observations.

Je caresse le bocal, ça ressemble à du verre ou quelque chose de similaire.
A l'intérieur un énorme cerveau comme ceux des humains mais bien plus gros.
Des yeux globuleux qui sont indépendants l'un de l'autre ce qui lui fait faire de drôle de mimique parfois.
Le bas de son visage ressemble au squelette humain, c'est assez étrange. On dirait un mélange d'humain et de je sais pas quoi.
Comme moi en fait.
Je continue touche le vêtement soyeux rouge et doré qu'il arbore on dirait un être important, un roi peut être comme j'ai vu dans les livres.
Je poursuis en caressant ses bras courts et sa combinaison est en drôle de matière que je ne connais pas. Ses doigts sont longs et très fins. Pas comme ceux des humains mais si c'est presque pareil.
Je soulève son vêtement mais je ne vois rien de spécial, ça m'intrigue mais je ne dis rien je continue.
Je touche ses petites jambes, vraiment il est petit.

Ne dit-on pas tout ce qui est petit est mignon ? Ben, c'est faux, il est petit et très moche, vilain même.

Je le regarde dans son ensemble et je sors ma longue langue en pointe et je viens maintenant par celle-ci capter ses odeurs, ses fluides. Ca me permettra, même à plusieurs kilomètres, de savoir où il est. Je commence par lécher son "bocal", ses bras, ses mains, son vêtements par de petits coups de langue. Son entrejambe malgré sa combinaison, ses jambes et ses chaussures.

Je lui souris en grand.

*J'ai analysé ton petit être. Tu es vraiment spécial. J'en avais jamais vu des comme toi avant. Tu es rigolo. Mais comment tu fais pour expulser les matières néfastes pour ton corps ? Et la reproduction de ton espèce c'est comment ? Je veux savoir.*

Il est clair que je veux des réponses à mes questions. Je veux tout savoir de lui. Je continue de lui sourire. Le chat ronronne collé à moi et je le caresse.

*Quand tu auras répondu à mes questions tu pourras aussi me toucher.*