Un Yéti en cache-t-il un autre? [Lune 250]

Chapitre débuté par Chris Alvein

Chapitre concerne : blancheneige, Chris Alvein, yéti,

Le ténébreux se déchaussa, les rayons du soleil le faisaient revivre à nouveau et le contact du sable chaud sous la plante des pieds, lui fit un énorme bien. Il fut littéralement intrigué par ce qui se révéla subitement dans le sable, alors qu'il s'avança doucement devant ces empreintes géantes.

Putain c'est quoi ce bordel? Blanche?...Hey Blanche?! Tu as vu ce truc-là?! Le mec fait une pointure de 69... Mais qu'est-ce qui se passe ici?

Les températures revenaient à la hausse mais pas de quoi trop se découvrir. Que la neige ait si vite fondu était dommageable à son gout mais ils en avaient profité pour user de la classique bataille de boules de neige, bien que Charogne ait sournoisement garni les siennes de cailloux de merde. Heureusement qu'elle s'en était pas pris une sur la gueule.
La neige disparue, le désert avait pleinement repris ses droits mais c'était supportable par ce temps fraîchin. Il serait redoutable quand l'été les saperait de son intense chaleur.

Les sourcils se froncent à l'interpellation mais surtout aux propos. Se rapproche, les mains gantées logées dans les poches du vieux manteau gris pourvu de boutons dans la même teinte, sauf un intrus, bien noir. Le vent souffle dans sa queue de cheval, ravive le rouge pâlot des joues opaline. Dubitative, contourne les empreintes, s'arrête pour mieux examiner en se penchant un peu. Retrousse le nez après l'inspection. 

Y a peut-être le Yéti dans l'coin...


C'est alors qu'aux dires de la brunette, Chris s'en alla dans de drôles de pensées induites par l'interrogation de la brunette. Son visage laissa apparaître une mine amusée et d'incompréhension en même temps. Sentiments contradictoires peut-être, mais il arriva à y tenir en équilibre, ces deux émotions sur son visage blanchi par le vent. L'image qu'il avait matérialisé dans son esprit fertile devait être des plus cocasses.

Dis ma chérie... j'ai une question hautement philosophique là. Tu crois que la femelle Yéti a des poils blancs et le mâle des poils bruns? Et leurs bébés seraient des cafés au lait?

Arbore par anticipation une moue en entendant le mot philosophie. Ne lui avait-il pas promis d'éviter le sujet avec elle ? Mais elle est bien loin de se douter jusqu'où les pensées farfelues l'auront entraîné.
Fronce les sourcils, une lueur de perplexité apparaissant dans les yeux gris.
A peine se pourvoit-elle d'un semblant de réflexion pour répliquer.

Ils s'reproduisent en plus ? Enfin j'savais pas qu'il existait la femelle quelque part... Si on trouve un bébé yéti, t'auras la réponse...
J'me demande si la couleur influence l'goût.

Ponctue-t-elle, visiblement alléchée à l'idée de déguster un nouveau mets.

Le brun écarquilla les yeux d'étonnement -Feint ou réel, difficile à dire- lorsque la brunette poursuivit ses questionnements à son tour et surtout ses attentes quant à l'hypothétique mets qui découlerait d'une innocente petite créature de poils.

M'enfin Blanche tu es cruelle là, c'est d'un petit bébé dont il s'agit! On ne peut pas faire ça...parce que déjà faut le dépiauter avant de le passer sur la broche... Ces petites bêtes-là sont duveteuses. Tu crois qu'il y a une côte à l'os sur un bébé Yéti?

Est-il vraiment sérieux avec sa côte à l'os?

Sinon, oui, je crois qu'il y a bien une femelle quelque part pour qu'il se reproduise l'autre con de Yéti... Au fait tu crois que la pointure influence son membre?

Il sembla très amusé, alors qu'il laissa la brunette inspecter la curiosité sablonneuse.

L'incompréhension passe dans le gris, la moue reprend place sur les lèvres charnues.

Pas faire ça ? T'as oublié qu'on mange ceux qu'on tue ? On parle d'une bête là et à moins qu'sa viande soit dégueulasse, j'me priv'rais pas, moi.
La fourrure f'ra une couverture pour les grands froids.

Un peu interloquée, elle reste silencieuse un bref instant.

Côte à l'os ? Comment j'saurais. J'ai jamais vu cette chose d'ma vie.

Penchant la tête d'un côté puis de l'autre, elle l'observe avec insistance, reluquant en toute fin les pieds de Chris, pensive, puis relève les yeux.

Comment qu'tu sais qu'c'est du 69 ? Tu crois qu'ils font la position ?


Il fait des yeux mélodramatiques pour le coup, évidemment la brunette très au fait de ses petits artifices mignon-vicieux, ne pourrait se faire avoir de la sorte.

Oh...et si il est mignon comme Buggy, on l'adopte pour qu'il dorme avec nous, on pourrait même le dresser pour qu'il surveille notre tente et attaque la Charogne si il fait le con. Entre nous, le bébé Yéti, je suis sûr que sa viande est dégueulasse. Et sa fourrure vivante est plus soyeuse et chaude que morte, ça c'est scientifique. La science pure.

Tu parles, il ne savait même pas de quelle bête précisément il était question. Forcément il remarqua l'obliqué des grisâtres sur ses pieds nus.

Roh...Blanche... j'ai un petit pied, mais chez moi c'est découplé...

Puis il se ravisa, comprenant trop tard qu'il s'était foutu lui-même comme un citron, oui un citron pressé même, dans son piège alors même qu'elle n'émit aucun mot.

Pfff...et tu arrives à me faire justifier sur ça, alors que bon... je te ferais remarquer que tu es très bien placée pour le savoir...

Enfin il rit très amusé de s'être fait avoir si simplement.

Imagine-les en position 69. Ca doit être une oeuvre d'art avec eux... Mais ce que je me pose comme question surtout c'est comment il fait le mâle Yéti pour trouver l'entrée de sa femelle Yéti, avec tous ces poils...ça ne doit pas être évident cette affaire-là. Ne trouves-tu pas ma chérie?

Insensible au regard qui pourtant la fait craquer bien souvent mais là, rien n'y fera. La voix railleuse, le regard gris changeant progressivement pour se transformer en une teinte métallique. De quoi faire froid dans le dos et le soleil n'y pourrait rien.

Dormir entre nous deux, foutre des putains d'poils partout, nous baver d'ssus. Pire, nous lécher la gueule en pleine nuit ! Rêve ! J'fais tente à part direct, j't'avertie !
Charogne j'l'ai à ma botte, rien à craindre.
La science... tu sais c'qu'elle t'dit ?

Petite inspiration après sa tirade longuette, chassant rapidement ce saut d'humeur ressemblant à un accès colérique bien qu'elle n'ait hurlé.
La voix se dote d'amusement. Signe que l'orage est passé ?

Heureus'ment qu'ça l'est, j'serais capable d'me plaindre sinon.
Tu t'poses trop d'questions toi, tu t'féminises là...
Tu leur fil'ras un rasoir si ça t'inquiète tant qu'ça. Tu pourras même les épiler si ça t'fait plaisir.


Le visage du brun sembla grave. L'humeur subitement changeante de la Belle était tout à fait inhabituel pour lui. Il était clair qu'elle ne le disputait pas lui. Mais tout de même. Il n'arriva pas à saisir la subtilité de ce qui lui échappait de toute évidence. Il répondit sur un ton menaçant, vers le supposé bébé Yéti.

Ah non jamais entre nous deux... y peut se brosser -les poils- il n'y a que moi qui suis autorisé à me mettre contre toi, sur toi, ou sous toi, c'tout.

Il fit une mine horrifiée à l'idée de la chose.

Pouarf...lécher avec son haleine fétide de chacal? Un non catégorique! Je te dis clairement, bébé Yéti ou pas, je l'égorge ce fumier, si il s'avise de faire ça, l'enflure!

Calmant un peu son euphorie.

Sinon c'est vrai que Charogne, c'est lui notre gardien finalement... si si...si quelque part si... Tu as vu comment il reste éveillé toute la nuit en tailleur? L'autre est tapi dans ses détritus, sans bouger d'un iota, prêt à bondir sur quiconque. Moi ne je laisserais pas trainer mes crayons près de sa mâchoire... je tiens à mes doigts.

Pris à revers.

Forcément que je pose trop de question, je vis avec une femme, j'essaie de comprendre toutes ses fonctionnalités pour mieux la surprendre. Voilà pourquoi j'endosse des parties féminines... Je te bouche un coin ma chérie hein?

Clin d'oeil amusé.

Mais tu es grave! Jamais que je toucherais ce truc répugnant plein de morpions... Ca doit grouiller de bêtes, leur poils dégueulasses...

Évidemment, il va la taquiner en se faisant plus curieux, juste pour la faire réagir en conséquence. Il va se gêner.

Tu crois que ça les démangent? Tu crois qu'ils se grattent mutuellement l'entrejambe?

Esquisse un sourire, satisfaite d'être parvenue à son but, avec une facilité déconcertante diront certains. User d'arguments convaincants lui était bien souvent aisé et preuve en était la conclusion de l'affaire bébé Yéti.

Tu l'égorgeras, j'valide mais gaffe aux éclaboussures.

Charogne, j'lui fais confiance moi. On est tous un peu bizarres au fond et si on s'ressemblait tous, qu'c's'rait chiant. Puis j'suis sûre qu'la nuit, il ficherait la frousse au premier clampin vu son allure.

Moue s'affichant. 

J'me pose pas trop d'questions moi. Endosser les parties féminines... m'boucher un coin, oui tu sais faire, j'peux pas l'nier. 

Finit-elle le ton malicieux.

Revirement total au mot morpion, les sourcils se fronçant derechef tout comme les poings se forment à l'intérieur des poches du manteau. Léger silence, sans dire un mot, fixant les empreintes.

Si tu veux faire une étude là d'ssus...
Mais j'te mets en garde. Si ça t'démange toi, évites d'te frotter contre moi ! J'n'accepte qu'un seul type d'démangeaison.

Il n'a strictement rien vu de la supercherie, s'engouffra d'ailleurs précisément là où elle voulait; Commettre un assassinat de petit bébé Yéti. Sans scrupule, ni état d'âme. Comment en était-il arrivé là? A la base il s'agissait de simples empreintes.

Alliant son explication folle avec des mimiques incroyables, exécutées de ses mains. Essence latine oblige, il était exceptionnel lorsqu'il devait illustrer de gestuelles grandiloquentes.

J'en ferais une julienne même, je le découperais en petites rondelles que je ferais frire pour servir ensuite avec de la sauce à la menthe!

T'inquiète pas pour les éclaboussures, je vais le recouvrir d'un sac poubelle, tu sais celui qu'on utilise pour stocker nos cadavres, le temps de les dépecer de leur chair, d'ailleurs pour le transsexuel répugnant, il nous a fallu un plus large avec sa grosse panse, car apparemment il avait un poulet dans le bide ce con ou cette conne, paraît qu'il faut pas faire de discrimination...Bref, je mettrais un sur lui... Ce sera du travail très propre...

Sans blague. Pire boucherie qu'il était donné de voir pour des innocentes prunelles. Tout ce que la brunette n'était pas bien évidemment.

Petite réflexion furtive.

Non Charogne c'est bien, je suis totalement convaincu moi.

Avec eux, tout pouvait démarrer sur un seul mot ou regard. Précisément, aux mots intimistes, dont ils savaient parfaitement quelles significations ils revêtaient, il s'approcha d'elle métamorphosé littéralement comme une flamme mouvante, oubliant totalement le sujet des fameuses traces de pas géantes dans le sable, pour se coller à elle et respirer de son parfum enivrant, dont il reconnaitrait les effluences entre mille. Sa voix se fit douce, évidemment mielleuse et suave, tandis que ses automnaux ancrés sur les grisâtres orageux sublimaient des flammes.

Oui ma chérie...avec toi je sais tout faire...

Rit, puis hoche la tête négativement.

Nonon....pouarf... je ne touche rien de tout cela... Égorger la saloperie de bébé Yéti oui le reste non... Au fait tu crois qu'il couine fort ce salopard? Histoire qu'on n'indispose pas les voisins... Faut garder un bon rapport de voisinage n'est-ce pas? En tout cas, je préfère, moi, te démanger le corps avec ma bouche...



Julienne et rondelles. L'association des deux termes lui paraît étrange et elle écoute distraitement la description liée aux sacs poubelles.

Des sacs, va pour les sacs, même si... j'te parie qu'on trouv'ra jamais de... ça.

Pointe du nez les empreintes.

La julienne c'sont des bâtonnets, pas d'la rondelle. J'comprends pourquoi tu t'colles pas à la cuisine...
Très propre, j'suis pas convaincue. Laisse faire l'poignet féminin, y a rien d'mieux moi j'dis.

L'art du dépeçage, elle adorait s'y coller mais y en avait toujours une pour se jeter dessus. Une pensée pour Aimée, réprimant un soupir plaintif alors qu'il se rapprochait d'elle dans une attitude qui laissait augurer une absence de quiétude pour les sens. Un frisson la traverse sous l'affrontement des automnaux enflammés.

Tout... qu'c'est prétentieux, dis.

Dit-elle en étirant des lèvres malicieuses en souriant.

Les voisins, pour c'qu'ils en ont à foutre. La majorité n'fait que baver. Une bête ça couine, comme quelques victimes... pas ça qui m'empêchera d'dormir.

Le ton passe à la sensualité pure.

Filons d'là, sinon j't'interdis d'tout acte d'frottements envers moi. Il est temps. Tu n'voudrais subir d'privations, j'le sais...

S'écarte souplement, le regard mutin puis tourne les talons, sachant que le pas masculin s'emboîtera au sien.