Oil, Drugs & Great Troll

par Huan

dernière modification de Huan à 19/01 13:11
mots clés: L'ALsphalte, Huan, Barnabé, Angus, Les pieds nickelés, igor,

Huan

Oil, Drugs & Great Troll

Ce texte vaut 3 bières !

Enfin il y était.

Combien de lunes ? Combien de morts ? Combien de foulées ? Huan ne le savait pas, et pour tout dire il s’en battait les noix royalement car devant lui se dressait enfin l’une des sources du Sang du Grand Troll.

Après la traversé du désert en solitaire les montagnes s’étaient rapprochées laissant petit à petit émerger de leur ombre les machineries d’acier dominant les plaines arides où rien ne pousse.
Ces machines il les connaissaient bien, car avant sa vie de prophète le chinois avait été contremaître sur une exploitation pétrolière, il s’occupait de la gestion des flux, des pipelines, jamais il n’avait travaillé sur un derrick, jamais il n’avait extrait le suc de la terre.
Mais cet ingénieur était mort suite au Grand Cataclysme, il avait laissé place à l’aLsphalte, prophète du Grand Troll et aujourd’hui Huan savait qu’il allait apprendre, et que bientôt le Sang du Grand Tréfonds jaillirait face à lui, il savait également que ses compagnons n’étaient pas très loin et qu’ils le rejoindraient en temps voulu, ce qui lui laisserait le temps d’observer les lieux et d’installer leur campement, car ici au milieu du désert là ou rien ne pousse et où l’eau est absente, ils allaient vivre.

Le Grand Troll l’avait guidé jusqu’ici, durant son périple il avait trouvé un manuel d’exploitation, avec ça il devait pouvoir remettre en route la concession même si le manuel n’était pas en chinois.

La première étape de son installation consistait en une inspection des lieux, Huan gardait son livre en main passant d’image en image, essayant de comprendre les schémas du petit manuel.
Sur le site il trouva deux derricks encore utilisables, les installations électriques étaient pour la plupart hors d’usage mais quelques câblages étaient encore reliés à une petite centrale solaire suffisante pour l’autonomie de la station.
Le reste des installations étaient enfouies sous le sable, il faudrait du temps pour tout dégager, mais tous les matériaux essentiels au forage étaient là.
Quelques restes de préfabriqués étaient dispersés à travers le site, calmement le chinois rassembla quelques planches et plaques de tôle afin de créer un abris où il disposa ses affaires.

La deuxième étape commença par une bonne ligne de poudre blanche, autre cadeau du Grand Troll. Le psychotrope inhalé le prophète prit une grande respiration et s’avanca d’une démarche assuré près de la centrale solaire.
Il dégagea du sable un vieux groupe électrogène, il n’y avait que peu de fioul dans la cuve, mais suffisamment pour relancer la boucle énergétique, après un bon nettoyage et beaucoup d’huile de coude la machine démarra amenant avec elle le doux ronronnement du moteur et l’éclairage de toutes les lampes à sodium qui, malgré la lumière du jour, irradièrent de leur teinte orangée l’ensemble du site, bon signe.

Troisième et dernière étape, l’extraction du Sang. Il s’approcha du derrick fonctionnel prit plusieurs heures pour analyser les images de son manuel en lien avec les outils qui se trouvaient face à lui puis lorsqu’il se sentit prêt démarra les mécanismes tout en restant alerte pour tout stopper, la main proche du bouton d’arrêt d’urgence.

Clac

Après ce craquement rien ne se produisit et dans le désert seul le son du groupe résonnait inlassablement lorsque soudain un nouveau bruit.

Clong

Le bras du derrick s’actionna effectuant un mouvement de pendule hypnotique, les grincements des machines se mêlèrent aux grondement des moteurs, Huan les yeux écarquillés, le sourire aux lèvres contempla le spectacle, il sniffa une nouvelle ligne de cocaïne avant de rapidement se remettre au travail. Surveiller le niveau de boue de forage dans les cuves, graisser quelques rouages, nettoyer les mécanismes, l’apprenti exploitant courrait de partout, les yeux écarquillés, le nez enfariné.

La nuit était tombée depuis maintenant plusieurs heures, laissant l’exploitation dans une atmosphère artificielle, lorsque le sol se mit à gronder, du gaz s’échappa du puits avant de laisser place à un geyser de pétrole aux reflets dorés.

Huan se plaça sous la pluie d’hydrocarbure, la bouche ouverte il absorba de nombreuses gouttes, son corps devint rapidement noir et luisant, le poncho qu’il avait trouvé pour se protéger de la fraicheur du soir se transforma en cape de pétrole.

Un large sourire fendait son visage et c'est avec un goût du mazout dans la bouche que le chinois se mit à crier en direction de la terre.

« Le Sang va se répandre sur terre !»

Puis il dansa terminant la nuit en se roulant dans les flaques d’hydrocarbure.

Enfin il y était.


Barnabé

Oil, Drugs & Great Troll

Ce texte vaut une bière !

Durant toute la descente de la montage, Barnabé et ses amis pouvaient apercevoir le geyser d'or noir se déverser dans le sable.

Le sang du troll selon Huan, le prophète.

Le marseillais est euphorique, il a de l'énergie à revendre, il dévale la pente a grandes enjambées pour rejoindre son guide spirituel.

Qu'il se sentait léger depuis qu'il accompagnait le chinois! Autant physiquement que spirituellement.
Il faut dire qu'il n'avait pas mangé tous les jours, sa bedaine tombante flasque, son pantalon retenu pour son écharpe fétiche "l'OM droit au but" en guise de ceinture.

Mais à quoi sert de manger quand on peut s'en fourrer plein le nez?
Barnabé comme tous ses collègues était fortement chargé, tel un groupe de cadres dynamiques dans le secteur de la pub avant une meeting important.

Son esprit lui aussi était ouvert à toutes sortes de possibilités, un enthousiasme débordant l'habitait.
Soudain, une idée, ou plutôt une vision.

Et si le grand prophète du grand troll était venu pour lui, uniquement pour le trouver lui, Barnabé.
Et si le fadas en train de boire du pétrole n'était que le compas qui venait de trouver le guide.
Oui, tout était clair à présent, il était le guide.
Huan, recouvert de noir était la pensée profonde, la réflexion, alors que lui, Barnabé le blanc était le visage, la parole du groupe, le grand Gourou.

Comme pour appuyer ses dires, il s'enfile une nouvelle ligne de cocaïne à même le sac, recouvrant sa moustache de poussière blanche.
Puis y trempe ses doigts pour s'en badigeonner son front suintant de sueur.

Le voilà maintenant affublé d'un peinture d'apparat, c'est comme ça qu'on reconnait un guide spirituel non?
Puis il se mit à gesticuler en rond autour de Huan et du geyser, une danse tribale étaient de rigueur non?
Ensuite il réfléchit, il réfléchit à son nouveau nom de scène, tel le célèbre Maurice Patoulachi devenu "Skippy", Gourou de la déesse Rishnou et du nouvel ordre mondial.

Oui il devait se trouver un nom, il en parlerait avec Huan, une fois qu'il se serait écroulé d'épuisement.

Huan

Oil, Drugs & Great Troll


Huan ne remarqua pas tout de suite l’arrivée de ses compagnons trop absorbé par le geyser noir qu’il avait trouvé.

Après un temps indéterminé le chinois s’effondra au sol le souffle court. Il contempla les montagnes au loin ainsi que ses camarades.

  «Barnabé, tu as compris, tu as trouvé ta place, je le sens. »

Il se releva alors pour stopper la perte de pétrole, brancha la machine qui allait pomper le carburant avant de sniffer une nouvelle ligne de cocaïne et de boire une bonne rasade de mazout.

« Nous avons trouvé l’une des sources de Son sang, mais nous ne devons pas nous arrêter là, je sens à l’Ouest la présence d’un autre puit, nous devons y aller, prendre connaissance des accès à Son corps. Nous ne resterons pas ici. »

Les vivres manquaient, mais Huan ne s’en souciait pas, le Grand Troll le poussait à avancer, le Grand Troll le guidait. Son chemin n’empruntait pas les sentiers des Hommes, la route ne serait pas de tout repos, mais ils en sortiraient plus fort, il en était persuadé.

L’asiatique creusa alors un trou dans le sable du désert et s’y installa, se recouvrant jusqu’au cou, ses camarades semblaient fatigués, la marche dans les montagnes et le jeûne n’aidaient certainement pas.

« Reposez-vous, nous repartirons demain, je vous expliquerait en chemin qui Il est, je vous aiderait à comprendre pourquoi nous marchons en répondant à vos questions. »

Le regard tourné vers les montagnes il regardait à l’Ouest, cette nuit il ne dormira pas, il écoutera la voix du Tréfonds, il planifiera la suite de leur marche.