La vie est une maladie mortelle

Chapitre débuté par WILLIAM BRADFORD BISHOP

Chapitre concerne : dorcas, CHC - Opportunistes, WILLIAM BRADFORD BISHOP,

La vie est une maladie mortelle.

Sans rire, ce fut ces derniers mots ! Un dernier pied de nez !

Comme le cancer, quoi ?

Willy lui se savait sans remissions… un « bel » outil sans conscience :
- aucune variation, un néant… puis le vide…
Il ne faisait rien pas amour, ni rien par détestation… il achevait plûtot tache aprés tache, aprés tache de la façon la plus méthodique qu’il puisse trouver… sans plaisir. Un feignant en somme.

Si ce n’est l’amour du travail bien fait.

C’est içi qu’on lui confiant la tache Dorcas, un mec qui parlait trop, un mec pas facile à tué quand même.

Dernier survivant d’un groupe dont « on voulait la mort » , pour des questions pratiquo-pratiques.

Depuis l’attaque des singuliers, c’était un peu : l’homme à abattre, le pendragon… la licorne … la belette à neuf têtes… notre trèfle à quatre feuilles.

On avait cherché le fuyard longtemps dans ce désert, et on fini par le débusquer dans son campement… presque sous notre nez