Dix !

Chapitre débuté par Ikemi Takaori

Chapitre concerne : Shut Down, Ikemi Takaori, dorcas, lyssa, domi, fortboréal, Vincent Brenable, James Delaney, försökigen, cyrusblake, thormund, tom-tom, protocoleexode, maka, karma,

Ce texte vaut une bière !



C'était la fin des singuliers.
De sa famille.
Domi avait pourchassé un groupe de voyageurs sur une vague impression de besoin de vengeance quand ils avaient tué Vash the Stampede sur LEUR territoire. Une bien idiote mise en danger de ses troupes.

Le résultat était là et malgré tout, les survivants n'avaient pas fait justice sur leur leader.

Cyrus, administrateur de Fort Boréal, n'avait pas tardé à comprendre toutes les conséquences de cette stratégie à l'emporte pièce. Il avait alors dilapidé les effets de la communauté et s'était précipité pour partir, laissant un chaos total dans la communauté.

Irreprenable.
Ikémi qui avait la volonté de calmer le tout et essayer de remettre sur pied la colonie, s'aperçue que tout allait à volo. Plus de ressources. plus d entr-aide. c'était chacun pour soi.
Quand elle accepta de redonner à chacun sa production pour restaurer un semblant de confiance, elle se retrouva vite à recevoir des plaintes de ceux qui ne produisaient pas de vivres.
Mais il n'y avait plus de singuliers ici.
des piques assiettes.
lentement la colère monta. Lentement elle se fraya une place en Ikemi. Dorcas l’apaisa quelque peu, et Lyssa aussi.Il n'était plus question d'essayer de donner quoique ce soit aux tueurs de leurs frères et soeurs.

Ils venaient par pur arrogance de déclencher des ultimatums réclamant par "pure bonté" la tête de Dorcas et de ceux qui l'aiderait.

Il y avait plus diplomatique pour se mettre dans la poche l'administratrice du fort...


[...]

C'est la nuit. La nuit noire. Ikémi se faufile de bâtiment en bâtiment, épargnant juste le casernement où dorment les rares réfugiés.

Elle a un stock conséquent de TNT, un stock de pétrole important aussi.
elle plaque les cylindres contre les murets de pierre qui soutiennent la structure.
Elle a aidé à les réhabiliter, ça lui a appris quelques astuces.

puis quand elle vient à manquer de dynamite, elle arrose les alentours de pétrole et relie le tout à une mèche d'une centaine de mètres. Est-ce que ce sera suffisant? elle n'en sait rien.
Elle cache l'ensemble avec du petit bois, quelques couvertures par dessus, un peu de sable.

Elle a reçu dans la soirée Igen qui a très peur de ce qu'il va se passer si on ne leur donne pas le contrôle de la communauté.

Elle a reçu un message abominable de Domi qui semble avoir tourné sa veste et balance ses anciens camarades.

A Igen, profondément désolée, elle a gardé le visage inexpressif de la japonaise. Sans donner de réponse. Il aurait été dur de mentir.

A Domi, un simple message lapidaire, violent et haineux.


Le monde s’effondre quand vous devez mentir à des gens biens qui ne sont pas de votre famille et haïr celle qui en faisait partie comme une matriarche.

[...]

Elle s est posée la question pendant une longue lune. Laisser la communauté. Aider ces gens à survivre malgré le grand méchant loup.
...
Détruire définitivement l'esprit de liberté des Singuliers.
...

Mais il n'est plus temps de réfléchir.



elle allume la mèche

Ele a gardé avec elle un bâton de dynamite.
Elle avait écrit partout sur le casernement : "RESTER A COUVERT : DYNAMITE !"

Il est temps de partir.

Il est temps d'être libre comme une Singulière.

Au passage de la Herse, elle part dans le désert sans un regard en arrière quand trois minutes plus tard ...


.

..

....


............


....................................



....................................................................BOOOOOOM

Au loin, dans le maquis des dits nouveaux collabos, les comptes étaient bons.

Megan était en vie. Passée du pays des licornes à la gangue du nihilisme en quelques jours. Sa petite chouchou. Sa toute petite chérie, qu'elle confondait maintenant avec sa propre fille, dans une relation incestueuse effroyable... Megan avait foutu dans la merde une partie des autres survivants en ne prêtant pas son poney de l'Apocalypse Calinouille pour la rentrée au Fort il y a quelques semaines, et en pratiquant un hold-up massif sur un énorme stock de produits pharmaceutiques et de plantes médicinales en tout genre... Megan ou Pajojo ? Qui sait, la petite naïve d'antan égalait peut-être presque son démon intérieur, désormais...
Le gros Calen se remettait des privations, d'une course haletante à travers le désert dans le vent mauvais et la bruine acide, et de sa récente overdose, sa trogne de taiseux encore plus dégoûtante que de coutume. Voilà qui ferait un parfait garde du corps une fois remis sur pieds, et sa lance serait fort utile pour embrocher quelques malheureux de plus croisant leur sinistre route de damnés, dans les prochaines semaines à venir, des semaines teintées de rouge et de noir, à n'en pas douter...
Et Domi... Domi buvait comme un trou, se shootait comme pas permis, affutait ses couteaux, délirait parfois mais avait en paradoxe une vision de plus en plus nette du Futur à court terme...elle se préparait à tourner la page de fin d'une histoire pour en écrire une autre. Quand on a tué toute sa famille une première fois, sa vraie première famille, que la deuxième artificielle décède...ça n'avait pas vraiment d'importance, passé le cap du deuil. La. Survie. Avant. Tout. Elle était de la race des survivantes, oui... Aucun compromis, hein ? Aucun compromis vis à vis de sa propre existence, surtout...


...


Alors que la viande bout dans la marmite noire, issue du fruit de la chasse sans merci de quelques survivants fraîchement sortis des bunker, exécutés de sang froid par la daronne et sa fille, Domi coupe pour la première fois son infâme whisky avec de l'eau, de la bonne eau purifiée dans quelques abris souterrains encore un peu fonctionnels... Il est temps de freiner sur la bouteille, de ne plus trop coller dedans, il s'agit de ne pas trop raconter d'âneries...

Un message clair, à ceux qui croient à la résistance et au concept fumeux de la liberté... La seule issue quand on a un couteau sous la gorge, quand c'est la bourse ou la vie, c'est la reddition... C'est la vie et pas la bourse. Au Diable les contes de fée et l'héroïsme. Domi ne croit pas au Mal, mais ne croit pas au Bien non plus...

Madame Le Dantec passe pour une Pétain ironiquement cachée dans le maquis, alors que le reste du pays est éclairé et soumis par les phares de la tyrannie...
Madame Le Dantec est une abominable prostituée démoniaque, oui, la reine des arrivistes, de ceux qui même dans la défaite arrivent à sortir leur épingle du jeu, en balançant des cartes Joker cachées dans leur botte et dans leurs manches.
C'est de la putain de triche, un coup sale et honteux, mais qui ne triche pas avec les autres finit par perdre le peu qu'il lui reste encore, quand l'univers entier est une vaste mascarade ludique...

Alors que sa radio grésille pour laisser place aux invectives d'Ikemi, alors qu'elle apprend que SA création vient de disparaître en fumée pour un flingue déchargé, quelques paquets de munitions diverses et des fonds de gasoil, Domi se remémore tout juste ce qu'elle avait dit à Darcy, un jour, la seule fois où elle avait un peu pleurniché devant quelqu'un... La malheureuse aveugle avait emporté les larmes et les mots de Domi dans le ventre et la tête de ce petit morveux de Sirotsky...

C'est juste une bande de survivants qu'on a rassemblée, Darcy.


Domi prend lentement le combiné entre sa sale patte, où le sang coagulé a considérablement encrassé ses ongles et les jointures. Et à Ikemi, elle répond un simple:

Pauvre tarée...

Une moue fugitive plus loin, plutôt une grimace qu'un sourire, Domi finit sa timballe cul sec.

Il est temps de passer à table, au milieu des ruines et du crachin.