La Bible du Grand Troll

Chapitre débuté par Huan

Chapitre concerne : Huan,

Ce texte vaut une bière !

Genèse

Au commencement il laissa les cieux et la surface aux Hommes, la terre était belle et féconde, la vie simple, l'insouciance faisait rayonner le monde l’harmonie illuminait la vie et l'esprit du Grand Troll reposait au creux de la terre.

Puis l’envie frappa l’Homme en son cœur et il voulut ce qu'il n'avait pas.
Il creusa alors la terre et entra dans le royaume du Grand Troll s’appropriant ses trésors, récupérant les biens du royaume du Puissant du Tréfonds.
La convoitise de ces merveilles poussa l’Homme à se désunir, cherchant à posséder toujours plus de merveilles, le poussant à haïr son prochain, le poussant à s’inventer des titres qu’il ne méritait pas.

Alors que l’Homme s’agitait au dessus de sa tête, que le Grand Troll se réveilla de son sommeil millénaire.
Amusé par l’avidité des derniers il leur offrit son sang et sa chair, les nourrissant de sa vie, se jouant de leurs bonheurs, les poussant vers leurs malheurs en les rendant dépendant de son être.

Les Hommes commencèrent à combattre pour posséder LE Grand Troll, trahissant, complotant, répandant le sang des bons et des mauvais sans aucune distinction.

Et il observait depuis son antre terrestre, écoutant, regardant et s’amusant de ces Hommes qui cherchaient à acquérir sa puissance.
Il se délectait de leur sang rigolant de leur stupidité, jusqu'au jour ou il décida de changer les règles du jeu.

Ce jour là le grand cataclysme se produisit et ce fut beau.

Ce texte vaut une bière !

L'Exode

Du Chaos naquis Huan, isolé au milieu de la tempête, noyé par les flux du pétrole l’Homme qu’il avait été disparu laissant place à l’Alsphalte, le Premier Prophète.

Le jour du Cataclysme il était mort.

Son corps s’était gorgé du goudron qui fuyait des pipelines, quand la terre se fut ouverte il sombra dans les sables mouvants de la plage de Dalian et heurta les rocs au plus profond de la Terre.

Alors qu’à la surface l’Homme reprenait consistance, il restait enveloppé dans sa coque de coke, à l’écoute des grondements, des crachats et raclements de la Terre.
Dans son bain de mazout, où la mort l’avait prit, il rouvrit les yeux. Nul éclat ici bas seul un grand tableau noir et le son lourd du Tréfonds.
Après quelques respirations épaisses il se mit à vomir le magma de goudron qui remplissait chaque creux de son corps amorphe et de ses ongles il racla la gangue qui le tenait au chaud, il gratta, remua, travailla sans relâche, un jour, une nuit une vie toute entière avant de s’en extirper.
Et lorsque soudain l’air opaque et puissant de la Terre s’engouffra dans le nid, il vit ce qu’était le Tréfonds et comprit les raclements et autres chocs, il entendit pour la première fois la voix du Grand Troll.

Alors l’Alsphalte était né.

Huan émergea de la glaise le corps maculé de mazout, les ongles rongés par la roche, les yeux brulés par le soleil, les oreilles griffées par le bruit du dehors, les poumons martelés par le souffle de l’air, la peau sensible à la moindre caresse.

Il était vivant et la vie le faisait souffrir.

Il se terra alors dans une cavité durant des jours et des jours, jusqu’à ce qu’il ne retrouve ses sens. Tout cela pour comprendre qu’il était seul.
Le monde avait changé, les survivant s’étaient éparpillés et l’Alsphalte devaient rassembler ceux qui seraient les Ouvriers du Chaos, tel était la volonté de Son maître, tel était l'unique chance d'éviter un nouveau Cataclysme.

Il rassembla alors quelques affaires trouvées dans les décombres de l’ancien monde, emplit sa gourde du Sang du Grand Troll, en avala une goulée au passage et commença son voyage à la recherche des Ouvriers.

Après le Cataclysme fut le temps de l’exode.

Le Grand Troll avait rendu les terres arides contraignant l’Homme au mouvement. Les repères d’antan étaient bouleversés et un nouveau Chaos était né.