Bruit de fond

Chapitre débuté par Datura

Chapitre concerne : Datura,

Ce texte vaut une bière !

Autre temps. Autre époque.






Pourquoi ?



Sourire bright. Coupe de minet.



Pourquoi quoi ?



Le jeune premier se retourne machinalement vers les deux autres pines d'huitre qui forme son crew de chasseurs de poufs.

Il rigole un peu connement. Il l'est... probablement.
Ses potes l'imitent. Synchro dans la singerie.



Qu'on t'appelle Datura ?



L'évocation du pseudo provoque un gloussement synergique chez les deux couilles du trio. Le gland les réprimande mollement.



Prostrée au bar, la meuf, une trentenaire athlétique au faciès usé, bloque.
Elle fixe quelques secondes le bambin qui la drague lourdement, retenant un soupir d'exaspération. Pas besoin de passer par la salle des jurés. Le verdict est rendu.

Son regard dérive sur sa bière en bouteille, posée sur le comptoir.
Les mouches ont pieds.

Rictus.

Après tout... pourquoi pas.

Mouvement de tête.



Paye m'en une autre.



Ce texte vaut une bière !

Retour aux affaires.






C'est quand la première fois que t'as entendu ce bourdonnement ?

Rationnellement, tu dirais que c'est survenu après la détonation.
Quand trois de tes collègues ont rencontrés leur créateur un peu plus vite qu'ils ne l'avaient prévu. Que vous ne l'aviez prévu.

Mais parfois, tu te dis aussi que ça remonte à plus loin.
Que c'était juste en sommeil quelque part au fond de ta psyché, ou tout simplement pas assez fort pour que tu y fasses gaffe.

Ca te rassure pas forcément.

Il t'accompagne partout maintenant. Ce bruit de fond.
Quand tu promènes ton clebs en plein milieu de la nuit pour passer le temps entre deux insomnies. Quand tu baises des gamins à peine sortis de l'enfance. Quand tu avales à la va vite ton p'tit dej composée d'un long café serré comme une sardine en boite. Quand tu rassures des victimes larmoyantes en affichant ton manque d'empathie. Quand ton crétin de chef te surine de la merde jusqu'à l'overdose.

Tu l'entends constamment.
Et tu ne t'y fais toujours pas.

Le psy t'as évidemment sorti le couplet du choc post-traumatique.
Comme si l'annonce allait t'aider à diffuser la vibration.
Au début t'as refusé les cachetons.

Tu voulais être d'aplomb. Pour toi-même. Mais surtout pour le boulot.
Puis t'as craqué quand les migraines ont pointées le bout de leur joli p'tit nez.
Et crois-moi, personne t'en voudras pour ça.
Du moins, tu t'le rabâches.
Histoire de tenir.

T'as fini aussi par te dire que tu t'y habituerais.
On s'habitue à tout à c'qu'il parait.



Inspecteur ?



Même à l'enfer.



Oui ?



Le planton t'indique du doigt une case au bas d'un document.
Y a un stylo à coté.



Pour le registre.



Tu y griffonnes ta signature. Sans grâce.
Il extirpe une enveloppe de dessous le comptoir, pour en extraire un semi-auto et un badge.
Sans attendre, tu les remets dans leurs logements respectifs.



Content de vous revoir parmi nous Inspecteur.



Il affiche un sourire simple. Respectueux.
Sincère peut-être.

Ça ne t'arrache même pas une mimique d'approbation.




Chute libre






C'est quoi... le cinquième aujourd'hui ?


Non. Le sixième.


Putain...


Y a un gosse. Treize ans peut-être allongé au sol. La moitié du crane dans les choux. De la matière cérébrale dispersée au sol. En cône. Et du sang, bien sur.


Ils l'ont fini alors qu'il était déjà par terre cui-là...


Un autre impact de balle là, dans le mollet droit.


Deux coups au but. Un à distance. L'autre à bout portant. Pour l'achever.


Le gamin à le type asiatique...


C'est un jap' non ?
Les autres étaient jaunes aussi ?


J'crois pas.


Deux inspecteurs. Un homme. Une femme.
L'homme sort un paquet de clope, en tire une tige qu'il allume à la volée.


Ça part sévèrement en couille là...


Il a pas tort.
Les homicides ont quintuplés ce mois ci.
Mais avec les émeutes et les pillages qui font la une des journaux, ça passe plutôt inaperçu.
Du moins pour l'instant.

Suffira de pas grand chose pour que les tarés commencent à flinguer autre chose que du sans papiers roumain. Ou du rouleau de printemps dont tout le monde se branle. On finira forcément par te dézinguer un rond de cuir en direct à la téloch, sans qu'on arrive à y mettre l'étiquette terrorisme ou acte de désaxé dessus. Puis y en aura d'autres. Effet boule de neige pour révolution chaotique.

Suffira de confiance.
C'est tout.


Dat ! Couche-toi !


Détonation.

Trois cagoulés viennent de passer le cordon.
Armes de poings à la main.
Y à un uniforme bleu au sol.

Pour la confiance, se faire des flics, ça marche aussi.