The Bitch And The Beast Chap : I

Chapitre débuté par

Chapitre concerne : raven, The Bitch and The Beast, Bull,

Ça faisait déjà un moment que le Bull parlait a celle qu'il appelait "p'tite chatte", et un moment qu'il tournait dans ces putain d'égouts pour la trouver... Entre l'ennui et sa voix de pépette, il avait hâte de voir si le voyage valait le coup ! Surtout qu'avec son gabarit, se balader dans ces tunnels puants, c'était vraiment pas la fête.

Et quand au détour d'un couloir il tombe enfin sur elle, il ne fut pas décue putain !!!

Avec son shorty rouge, son chapeau de cowboy, et sa crinière blonde, on peux dire qu'elle valait qu'on se pète un genou pour ca !

Il grogna de sa voix rocailleuse de mutant des bas fonds

-Putain de merde... Et dire que tu pensais que j'aurais dans l'idée de te buter pour quelques réserves ?! Ma jolie, rien que pour le fait que ses tunnels sentent meilleurs quand t'es la, je te buterais pas ! Mouahahahaha !!!

Il était moche, et il le savait, mais il était aussi imposant, et en générale, ça faisait qu'on lui disais pas en face qu'il était moche, et ca l'arrangeait.

-Alors dis moi p'tite chatte, maintenant que ta vue ma gueule de mutant balafré, t'a toujours autant envie de faire un bout de route avec le Bull ?

Il se passa la langue sur ses dents pointue de mangeur viande morte.

Ca faisait déjà quelques temps que Raven était partagée entre l’envie de fuir et la curiosité de savoir à qui pouvait bien appartenir cette voix rauque, qui paraissait humaine, mais pas que. Elle avait déjà fait tourné la tête des hommes afin de leur voler de quoi survivre, mais elle n’était pas sûre que ses petits poings pourrait tordre le cou d’une telle ... « chose ».

Et c’est là, comme s’il avait fallu qu’elle pense à lui pour qu’il apparaisse, surgi un amas de muscle bleuâtre rugissant. Il voulait surement sourire, mais ses dents pointues suggéraient l’attaque... Essayait il de l’intimider, ou de l’amadouer ? Elle savait que pour se protéger de lui, son arme la plus redoutable serait non pas son pistolet, mais ce petit short rouge qu’elle avait piqué à l’une des habitantes de son ancien abri avant de partir. Du haut de son mètre 65, elle se savait plus fragile que n’importe quel baroudeur... mais par chance, elle maitrise l’art de la séduction et de la manipulation plus qu’elle ne manie son arme ! Les hommes ne pensent qu’avec leur bite et ça leur fait perdre la tête... et elle allait savoir tout de suite s’il était plus homme que mutant, ou l’inverse.

« Si tu es gentil avec moi, je le serais avec toi ... ou pas. » dit-elle en minaudant, la tête penchée sur le côté.

Il avait beau avoir une gueule d’une laideur à faire gueuler un aphone, mais ses muscles l’aideraient surement à obtenir ce qu’elle recherche. Et pour arriver à ses fins, elle allait essayer de faire vibrer sa corde sensible, ou alors celle de son slip... Les hommes n’aiment pas les femmes fortes, alors autant passer pour une connasse d’ingénue jusqu’au moment de le buter ...

Les épaule de Bull montait et descendais au rythme de sa respiration, il souriant de toutes ses dents... Merde mais il en avait combien des dents ? Deja qu'elles étaient pointue, mais il devait en avoir plus que 24 !

C'est sur qu'on savait jamais s'il souriant, ou s’apprêtait a te sauter a la gorge, surement parce que quand il sautait a la gorge de quelqu'un, ca lui mettait le sourire.

Il rit et passa s'appuya contre le mur, y griffant le mur de ses ongles pareil a des griffes... Il avait visiblement pas énormément de cervelle en temps normale, mais là, elle le rendait particulièrement con, ce qui chez lui, pouvait d'avérer dangereux...

Mais y'a pas de souci ! Tu veux quoi ? Que je t'évite de te faire violer par tous les connards qui peuple ces égouts ? Parce que putain... Dans le genre tenue de salope, tu est balaise ! Je dis ca dans le bon sens du terme attention !!! Sinon quoi ? de la bouffe ? j'en ai, de l'a flotte , j'en ai, des médoc ? J'en ai aussi... Et si j'en ai plus, j'en trouverais bien !!! Tu vois ca ?

Il sort un genre de guitare électrique moisie, avec une corde, et du sang dessus

T'sais ce que c'est ? C'est ma putain de massue de sa mère !!!! Testée et approuvé pour une lobotomie aux oignons poupée !!! Un coup de ca sur la gueule, et t'a plus jamais mal nul part !!! Je l'ai pris a un mec avec qui je voyageait et qui faisait que de chanter, putain le boulet... Y grattait son machin, on aura dis une putain de chanteuse de cabaret ! Chante plus trop l'enculé ...

Bull s'approche en souriant encore plus, faudrait qu'il arrête parce que c'est flippant a force ! Il parle plus doucement

Alors p'tite chatte ? On a un deal ? Je nous fraye un passage en dehors de se trou, on bute qui on veux, on prend ce qu'on veux, on fait ce qu'on veux... Et je te baise quand je veux !

C'est peut être parce qu'il trouve pas de pantalon a sa taille, mais une grosse bosse se forme entre ses jambes... D'ailleurs non, c'est pas une impression, vu que dénué du plus élémentaire savoir vivre, il se la replace avec ostentation.

Raven le regarda de la tête aux pieds. Un peu débile et hyperactif, mais ça fera l’affaire. Avoir un molosse sous son coude pourra toujours être pratique dans ce trou à rat.
Bien sûr, elle ne pas pu louper cette immense gaule qu’il était entrain de se taper, mais au moins elle était certaine qu’il y avait bien une once d’humanité en lui. Cette once qu’elle pressera comme un citron pour en lécher chaque goutte.

« Ok, on a un deal cowboy, mais tu me baiseras uniquement quand on sortira de ce ... » dit elle en lui tendant la main pour la lui serrer en retour. Elle regarda autour d’elle cette grotte infâme remplie de merde. « ... de cet endroit. Maintenant on fait quoi ? »

Elle redescendit ses yeux sur cette bosse qui ne cessait de grandir, au point de la faire douter sur son envie de vraiment trouver une sortie.

Bull la regarda négocier elle lui mettait les nerf a vif avec son petit cul qui avait l'air tout neuf, et elle n'était pas encore comme la plupart des survivante, qui sont de vrais catin, pas qu'il n'aime pas les catins, simplement, il se léchait les babine a l'idée de la transformer en lui faisant crier son nom dans un oreiller. Il éclata d'un gros rire bien gras, mais tellement grave, qu'on n'aurais dis qu'on passait un rire au ralentis...

Mouahahahahahahahahahaahahahahaaa !

Il lui claqua le cul, y laissant une grosse marque de crasse en forme de paluche.

Ok, tu veux être sur que je vais pas juste te bourrer a mort avant de me tirer en te laissant avec les pattes trop cassées pour trouver la sortie, ça se tiens... J'pourrais te prendre le cul de force, mais je me ferais chier a parler a moi même et je vais finir maboule si ca continue... et puis je préfère que tu me suive de ton plein gré, donc ok. Tu gardera ta petite chatte intacte jusqu’à ce qu'on vois la lumière du jour ! Et puis si je te chope ici, on va choper les MST de quelqu'un d'autre...

Il change soudain de tête, une détonation retentis, et Bull s'écroule !!!!

Ce putain de colosse se prend une balle, tu vois même pas ou a cause de la lumière qui fait défaut, ca gicle pas vraiment, mais ça c'est pareil, on voit pas bien, et ce trou du cul de Bull s'écroule comme au cinéma.

Trois types bien flippant sortent de l'ombre, en poussant des hurlements hystérique !

Putaiiiiin !!! Je l'ai eu !!! Ce gros sac a merde !!!! C'est qui le patron ??? C'EST QUI LE PUTAIN DE PATRON ?????!!!!

Les trois types fonce, pour tenter de couper tout moyen de fuir a Raven, comptant sur l'effet de surprise. Bull lui gît inerte au sol, le tunnel se remplis de fumée, apparemment, l'arme utilisée contre vous est un espèce de vieux fusil tout moisi et ils ont eu de la chance que ca ne leur pète pas tout simplement a la gueule.

Raven regarda le géant avec mépris, tentant d'essuyer la trace de crasse laissée sur le cul pendant qu'il parlait de son envie de le lui défoncer. Parle toujours... il le payera ce fils de pute machiste... plus tard. Elle avait tout de même besoin de sa protection tant qu'elle se trouvait dans cet endroit merdique.

Une détonation retentit, et elle vit la démence quitter son regard, devenu vide... il s'effondra en avant tandis que des putains de pillards, ou je-ne-sais-quel-autre connards vivant dans ces bas fonds, gueulaient comme des putois leur joie.

Rapidement, l'un monta sur le dos du colosse comme s'il venait de capturer Guillaume Tel, tandis que les deux autres lui bloquait toute attentative de fuite. Elle resta droite et digne devant leurs gueules de hyènes excitées.

"Alors ma belle, tu t'es perdue?"dit celui qui se trouvait devant elle, tout en glissant son doigt le long de sa poitrine pour baisser le col de son petit teeshirt blanc, dévoilant ses seins."Ce serait con de te faire attaquer par des gars... dangereux."

Ses deux compères rigolèrent, et celui qui se trouvait derrière elle commença à lui malaxer la fesse droite. L'épaisse fumée empêchait Raven de voir quoi que ce soit, y compris de discerner la figure balafrée du gars qui se tenait devant elle. Elle commençait à avoir le souffle court... et tentait de cacher sa panique par une attitude hautaine et froide.

"Effectivement, ce serait con de vous faire défoncer la gueule. Passez votre chemin les bouseux...
- Ton chemin s'arrête ici, petite."

Il tenta de la jeter à terre, mais elle l'esquiva avec tant bien que mal, et lui cracha à la gueule. Pour payer de cet affront, et l'humiliation de ses collègues qui se moquait de lui, il la baffa de toutes ses forces et Raven s'écroula.
Elle tourna la tête et vis le visage du colosse, face contre terre. Elle aurait aimé gueuler, lui dire de se relever, mais il était peut etre bel et bien mort...

**Allez, ne m'abandonne pas gros con, pas maintenant** pensa t'elle en attendant le son de braguettes se dézipper ...

Les trois types avaient envoyée Raven dans un coin a grand coup de taloches, et et se tenaient tous les trois devant elle, sortant leurs queues comme des crève la faim dans un chinois a volonté ! Ça sentait vraiment la merde pour elle, le fusil était posé contre un mur, mais ils avaient assez de couteau, batte et autres joyeuseté pour lui faire passer l'envie de leurs refuser un bon gangbang !

Bon on fait comment, on la prend chacun notre tour ou on tente des acrobatie en la prenant a trois ? J'vous préviens, j'ai les couilles qui pendent, donc on risque de s'entrechoquer si on la prend en double !!!

Ils avaient visiblement tout un tas d'idée plus alléchantes les unes que les autres, sur comment se faire du bien, et lui passer l'envie de la spéléologie en milieu post apocalyptique.

N’empêche, tu l'a bien fumé ce gros fils de pute !!! Ce gros enculé de sa race, il a cru qu'on allaient lui laisser notre putain de proie alors que ca fait depuis hier qu'on suis cherche a rattrapé cette salope ! Et la il se point eet vient jouer son enculé de monsieur gros bras !!! Franchement, au corps a corps ca aurait été tendu !!!

M'en parle pas !!! c'était ma dernière putain de balle, j'ai lâché un pet foireux quand j'ai tiré, tellement j'ai eu peur de le rater !!!

Celui secoue sa queue devant le nez de Raven en faisant l'hélicoptère

alors salope ? on se la joue comment ? a tour de rôle, tous ensemble , ou on test les deux ? Ouais , les deux, c'est bien ce que je me di....

C'est alors qu'un craquement sourd se fait entendre, alors que le sus nommé type, penche la tête de coté, d'un air bizarre, enfin encore plus bizarre que le reste du temps, et s'écroule.

Bull se tiens derrière lui, et lui retire sa grosse guitare en bois plein, qu'il lui a enfoncé a l'arrière du crane, et ricane.

Hey les copines, je veux pas faire ma raclette, mais quand on tire sur Bull, on vérifie qu'on la toucher et qu'il est mort, parce que taquin comme il est, il a peut etre juste fait le mort pour pas que vous le cribliez de plomb en pensant que vous aviez plus de munition que ca... Enfin moi je dis ca, c'est juste que lorsque je vous auraient cramé votre putain de gueule, votre petite sauterie en aura pris un sérieux coup dans les noyaux !

Entre le dégueulis de cervelle qui s’échappe du crane béant de leur pote, le fait qu'ils le croyaient mort, et son baratin , les deux types reste bloqué une seconde, une putain de seconde bouche bée, une seconde ou cet affreux Bull, leurs fait un truc a lui, un genre de signature, la prise du cobra.

La prise du cobra consiste a faire les oreilles de lapins avec ses doigts, et a les planter dans les globes oculaire de la victime.

Oui, il leurs plante ses gros doigts griffus, leurs crevant les yeux, il recule ensuite en se marrant, il a même sortis un œil, qu'il met dans sa bouche avant de leur cracher dessus.

Mouahahahahahah !!!! j'adore faire ça !!!! Après t'a un sac de frappe en plus marrant ! Vas y prends en un, amuse toi !

Et la il fronce les sourcils en semblant se parler a lui même, comme un gamin qui se rappel de ses leçons.

Le foie...

Et la il esquive une attaque d'un pillard qui battait l'air de son couteau au hasard et lui décroche un crochet au foie , lui pétant quelques cotes au passage, le faisant s’écrouler de douleur.

Putain de camelote, a peine tu t'en sers c'est déjà tout péter... Tu veux pas jouer avec le tiens ?





Ces trois types allaient lui faire passer une sale journée ... piégée, elle ne pouvait pas faire grand-chose, aucun objet à sa disposition pour leur passer l’envie de la défoncer. Elle essayait de détourner le regard de leurs immondes chibres qu’ils abordaient fièrement devant son nez, l’odeur de vieux fromage moisi lui donnait envie de vomir le peu de bouffe qu’il lui restait dans l’estomac.

« alors salope ? on se la joue comment ? a tour de rôle, tous ensemble , ou on test les deux ? Ouais , les deux, c'est bien ce que je me di.... »

Elle tenta de dégager sa tête d’un coup sur la droite. Elle n’allait tout de même pas les mordre...

Alors elle ferma les yeux avec comme bruit de fond leur discussion de couilles molles , en espérant que ce sale moment passe le plus rapidement possible, et non pas le moins douloureusement possible... ces connards avaient l’air d’aimer quand ça tape dans le fond.... Putain, elle n’en croyait pas que ça se finirait comme ça pour elle. Elle qui avait toujours pensé qu’elle démonterait ce genre de type en mode super guerrière, se résout à finir piégée en poupée de gang bang morbide. Et un jour, des passants des bas fond verront son corps gisant sur un tas de merde, en se disant « la pauvre, elle a pris cher... »

Soudain, elle entendit la voix du géant et elle écarquilla les yeux. Celui qui se trouvait en face d’elle avait une tête de constipé, la bouche grande ouverte, tandis que les deux autres s’étaient retournés face au monstre bleuâtre. Elle resta assise, stupéfaite au point de ne pas tenter à fuir ou se cacher, pendant que le géant fracassait et arrachait les yeux de ses tortionnaires. Elle ne savait pas s’il lui parlait ou s’il se parlait à lui-même...

Lorsque le dernier des pillards fut à terre, se tordant de douleur, elle trouva le courage de se relever en s’appuyant sur un pan de la grotte, et tituba jusqu’à lui. D’un coup, elle lui enfonça son talon dans la joue en ricanant :

« Alors salope, on se la joue comment ? On te défonce ton p’ti cul à tour de rôle, tous ensemble, ou l’on teste les deux ? »

Elle leva la tête vers le géant.

« Tu penses qu’il voudra encore jouer au cowboy quand on lui aura cassé ses p’ti pattes ?»

Le Bull ricana en la voyant reprendre du poil de la bête, elle était marrante la p'tite poule, avoir un p'tit cul a portée de main, c'était pas déplaisant, mais si en plus elle le faisait marrer, aux lieu de lui péter les couilles avec des conneries chaque fois qu'elle l'ouvrait, c'était franchement un plus !

Il s’accroupit sur celui qui se tordait de douleur a ses pieds et dit, l'air de s'éclater.

Tuer ces deux sac a merde est a la portée de n'importe qui, mais leurs faire regretter de pas être mort, ça c'est un truc qui m’excite ! Je vais te montrer un jeu que je viens d'inventer. Çà s’appelle "infection" , "ou "gangrène", j'ai pas encore décidé ! Alors voilà ! Après leurs avoir enlever les yeux, tu leurs pète les doigts... Comme ça...

Il commence a briser un par uns tous les doigts des mains du pillard qui hurle de douleur, implorant la pitiés, et ne recevant qu'un coup de coude dans le nez en retour !

Ta gueule je parle !!! Donc j'en était ou... ah oui, tu commence par leurs péter tous les doigts !!!

Il s'approche de toi et fait de même avec celui qui gît a tes pieds, la tête coincée au sol par ton talon.

Ensuite, tu attache le pied droit de celui la au pied gauche de l'autre... voila... tu sert bien fort pour que le nœud ne cède pas... Et tu les regarde essayer de s'en sortir !!! Vu la gueule de l'endroit, ils devraient pas attendre trop avant que tout ça ne s'infecte ! Les yeux, c'est moche quand ca suinte... Et chacun faisant le boulet de l'autre, et sans l'usage de leurs doigts, je pari sur le fait qu'ils vont se faire becter vivant par les rat. D'autant que le premier qui meurt est le plus chanceux, car il devra pas trainer le cadavre de l'autre !!! mouahahahahahahahaAAHAHAHAHAHAHA !!!! Putain j'me sent vivant !!!!

Puis il se tourne vers toi, il a encore plus l'air psychopathe, maintenant que tu l'a vue a l’œuvre, et semble être sur-excité, presque plus par la torture que par le combat.

Il grogne

Pas vrai les gars que ca fait mal ?

Les deux autres sanglotent comme des enfants, gémissant de douleur, secouée de spasmes.

Les pauvres... regarde moi ca... tant d'malheur, ca me fend le cœur tiens... Quand je pense que y'a 5 minute ils pensaient se taper une bonne dose de cul... Faudrait peut être leurs filer un lot de consolation... Bien sur dans leurs état ils sont plus capable de rien, et pour ce qui est de mater c'est mort, mais il leur reste les oreilles et leurs imagination ! Dommage ils pourront pas se palucher mais c'est mieux que rien, PAS VRAI LES GARS ????

Il tente d’attraper Raven et de la plaquer contre le mur, avec une lueurs animale dans les yeux et un sourrire carnassier, ayant visiblement oublié le deal passé avec elle juste avant.

Raven se dégagea de l’emprise du géant, évitant de justesse de se retrouver coincée entre la roche et le corps ruisselant de merde du géant, qu’il avait juste pris soin d’enlever de ses yeux après sa chute face au sol. Quelle puanteur !

« Tsss ce n’est pas parce que tu m’as sauvé le cul que tu vas pouvoir en faire ce que tu veux ! Rappelle-toi de notre marché, cowboy, sinon tu ne vaux pas mieux qu'eux ! Dans la mine, tu ranges ta pine, une fois dehors ..."Elle lui fait un clin d’oeil"... tu la sors ! »
« D’ailleurs, je ne baise pas avec les inconnus, du moins ceux qui reste encore en vie après... » dit elle le fixa droit dans les yeux « Quel est ton nom ? »

Elle avait peur que les hurlements des pillards n'en attitre d'autres, et elle n'était pas certaine que le géant puisse la défendre encore une fois, même s'il les démontés... il fallait partir de cet endroit, le plus vite possible...

Bull avait vraiment les nerfs, il n'en pouvait plus, autant il avait accepté leur deal sans souci, autant le combat et la petite séance de torture qui suivie lui avaient mis les couilles en ébullition, il ne voulait pas la blesser, elle avait quelque chose qui lui plaisait vraiment, au delà de sa plastique de rêve.

Une odeurs, un truc animal, sans compter qu'il avait aimer sa façon de tenir tête aux deux connards alors qu'elle se croyait perdue.

Il rugit

BULLLLL !!! Mon nom est Bull !!! Tu veux que je te montre pourquoi ?!

Et la il tenta de la coincer a nouveau dans un coin,avant de sortir une queue qui effectivement, mettait du sens a son nom.

Son sang battait dans ses tempes et dans sa queue, il se retenait visiblement de ne pas la forcer a plus, prenant sur lui avec difficulté, il n'avait pas l'habitude d'essayer de contenir, et s'il ne voulait pas qu'elle prenne l'habitude de le prendre a la légère, il n'avait pas non plus dans l'idée de la violer et de la jeter aux ordure, ce qui impliquait qu'elle devait avoir envie de le suivre de son plein gré ensuite, et il avait du mal a nuancer ses émotions, Bull, la nuance, c'était pas son truc !

Elle regarda avec stupeur cette énorme queue veineuse que Bull tenait fermement, comme s'il était obligé de la maîtriser pour qu'elle ne lui saute pas à la bouche.
Elle se mit sur la pointe des pieds pour essayer de sussurer sensuellement à l'oreille de Bull:

"Enchantée cowboy, mon nom est Raven..."

Elle lui fit un bisou sur la joue, avant de poser un genou à terre et prendre sa queue en bouche. Elle savait qu'il fallait qu'elle lui donne un avant goût pour lui donner envie de prendre soin d'elle. Elle commenca par lui lécher son immense verge de bas en haut en le fixant dans les yeux, les mêmes yeux dont la lueur était passée de la rage à la satisfaction...

Bull se passa la langue sur ses dents pointues avec un sourrire carnassier, la satisfaction, ca viendrais surement après, pour l'instant, elle faisait monter la pression a un point qu'elle ne devait pas soupçonné.

Par contre, ce qui était de la frustration, était désormais un plaisir qui se lisait dans les yeux du monstre, il avait mal aux couilles tellement elle l'excitait.

Il essayait de ne pas lui faire peur, il savait qu'il faisait peur même lorsqu'il essayait d’être sympa, alors quand il faisait pas gaffe !

Il grogna en lui attrapant les cheveux, pour la guider un peu, mais tout en la laissant respirer.

Ohhhh putain... Je crois que j'ai jamais eu de femme aussi canon au bout de ma queue... t'es une oasis dans le désert ma belle ...

A sa façon, il était poète ! D'une manière vulgaire, brutale, et animale, mais quand même, elle lui faisait monter des pique d'adrénaline, comme un combat dans l'arène.

Sa queue était raide comme une barre d'acier et brulante comme les feus de l'enfer qui lui étaient promis !

Raven continuait de faire des aller-retour avec sa bouche sur sa verge dressée, au gré des caresses qui semblait apaiser Bull. Elle sentait sa bite se raidir de plus en plus, comme prêt à succomber au désir... Les bruits de sucions se melaient aux cris des deux pillards qui résonnaient dans la grotte, lui rappellant qu'ils étaient toujours dans une situation vulnérable. Elle retira le sexe de Bull de sa bouche pour lui suggérer de quitter cet endroit, lors d'un coup, il lui ejacula en pleine figure d'une quantité de foutre assez spectaculaire. Une fois terminé, elle le fixa d'un regard mi-surprise, mi-amusé.

Elle aurait pu dire qu'un troupeau de vélociraptor sous metha amphétamine les chargeaient qu'il ne l'aurait de toute façon pas entendu... Il prenait son pied, les bastons, les massacre, il connaissait, mais se faire sucer par un boulet de canon dans son genre juste après, ca c'était deja plus rare ! Parce que le fract avait tendance a esquinter les poulette et il y avait toujours une verrue, des dents pourave, ou un truc dans le genre qui gâchait un peu le tableau...

Elle sembla vouloir lui dire quelque chose donc, lorsqu'il lui cracha la purée au visage, ça faisait longtemps, et le Bull avait vraiment vraiment fait le plein !



Il poussa un grognement bizarre, en faisant une tête encore plus bizarre, s'appuyant contre le mur pour ne pas perdre l’équilibre tellement ca lui faisait du bien !

Il pris une grande respiration en murmurant, la tête en arrière.

Ohh... putain...

Avant de poser les yeux sur elle, souriante, le visage inondé de sperm.

T'sais quoi, je te trouve encore plus canon comme ca ! Promis j'me fout pas de toi !!! Merci ma belle, tu m'a vraiment soulagée d'un poid la ! Je suis chaud patate pour nous tirer de se trou maintenant ! J'arrivais plus a penser a te regarder te balader a moitié a poil devant moi avec ton air de salope qui s'ignore !

Toujours aussi poète le Bull, mais ca devait être sa façon , rugueuse certe de faire des compliment, fallait lire entre les ligne quoi !

Raven souria hypocritement en voyant Bull tituber en arrière contre un mur de la grotte.

**Putain, obligée de sucer ce monstre dégueulasse pour assurer ma protection, mais en plus il continue de me traiter de salope !**

Elle tenta d’essuyer sa figure avec son teeshirt blanc, qui ne l’était plus vraiment depuis longtemps. En espérant que les taches ne se voient pas trop, les autres mecs pourraient la penser trop facile au premier regard… mais bon, maintenant il y aurait cette brute pour la protéger.

Elle posa son regard sur les deux connards de pillards qui avait réussi à s’éloigner mais qui galéraient toujours autant, et se dit qu’au final, elle avait eu de la chance de tomber sur ce géant. Même s’il était moche, macho et con, au final il avait l’air d’avoir un peu de place dans son cœur, surtout pour un pti cul.

Elle lui tendit la main pour qu’il l’aide à se relever, ce qu’il fit, et lui sourit sincèrement comme elle ne l’avait pas fait depuis longtemps. Elle se sentait en sécurité, et ça, c’était quelque chose qui ne courrait pas les rues depuis quelque temps.

D’un mouvement elle pris son élan pour lui grimper sur le dos, et secoua son chapeau dans les airs, comme dans les vidéos de rodéo qu’elle regardait avec son père avant que tout ça arrive :

« Allez on se tire, cowboy ! On remonte à la surface ? »

Bull paru surpris, il avait pas l'habitude de jouer, il avait bien vu les autres gamins faire, mais en temps qu'esclave de combats, ses jeux consistaient surtout a survivre a l'entrainement suivant, et grandir le plus vite et le plus fort possible.

Il fit une tête... Le genre de gueule que fait un chat quand il se prend une casserole d'eau froide par surprise, ou quand un mec se fait faire un toucher rectale par surprise, ou quand un ado se fait gauler par sa mère en train de se palucher par sa mère...



Bref, il s’était jamais retrouvé dans ce genre de situation, et ça l'avait fait bugger 3 bonne seconde, ça avait même fait flipper Raven, qui pendant une seconde avait du se dire qu'elle était allée trop loin...


Puis il avait réalisé qu'il ne lui faisait pas peur, et pour le coup, ça le changeait, et il aimait ça, alors, il remonta loin dans ses souvenir pour se rappeler comment les gens qui avaient des parents jouaient avec eux, et grogna...

HHHIIIiiiiiiiiyyyaaaaaa !!!!!!

En raclant du pied, comme le ferait un cheval, ou un taureau de combat. Et gueula.

Allez en voiture Simone, et accroche toi bien dans les virage, ca va secouer !

Il se mit ensuite a courir, c'était peut être la baston, peut être le combat, peut être la pipe, ou autre chose, mais il se mit a rire en souriant, lui qui n'avait jamais rit que de la souffrance d'autrui, et au cœur de la mêlée.

FIN DU CHAP: I